AAARGH


| Accueil général | Accueil histoire et révisionnisme |

Extrait de Vérité historique ou vérité politique ?

[93] CHAPITRE III

 

L'ÉCLATEMENT DE L'AFFAIRE

 

C'est l'affaire de l'interview de Darquier, ancien commissaire aux Questions juives dans le régime de Vichy, dans I'Express, qui allait mettre le feu aux poudres. Pour Faurisson, "le moment est venu ; les temps sont mûrs". Le premier novembre 1978, campé sur ses dossiers, il envoie à différents journaux une lettre circulaire assez provocatrice :

J'espère que certains des propos que le journaliste Philippe Ganier­Raymond vient de prêter à Louis Darquier de Pellepoix amèneront enfin le grand public à découvrir que les prétendus massacres en "chambres à gaz" et le prétendu "génocide" sont un seul et même mensonge, malheureusement cautionné jusqu'ici par l'histoire officielle (celle des vainqueurs) et par la force colossale des grands moyens d'information. Comme le Francais Paul Rassinier (ancien déporté résistant), comme l'Allemand Wilhelm Staeglich, comme l'Anglais Richard E. Harwood comme l'Américain Arthur R. Butz (auteur de l'Imposture du XXe siècle ouvrage si remarquable qu'on ne parvient manifestement pas à lui répliquer), comme vingt autres auteurs, passés sous silence ou calomnie tout à loisir, je proclame ici comme je l'avais fait au colloque national Lyon sur "Églises et chrétiens de France dans la Seconde Guerre mondiale" (27­30 janvier 1978) : "Les massacres en prétendues "chambres à gaz" sont un mensonge historique.." Hitler n'a jamais ordonné ni admis que quiconque fût tué en raison de sa race ou de sa religion. Je ne cherche à outrager ni à réhabiliter personne. Jusqu'à preuve du contraire, je pense avoir conduit mes recherches selon les méthodes de routine de la critique historique. Je suis prêt à tout débat sur la question "chambres à gaz" et du "génocide", à toute confrontation, à toute interview dûment enregistrée : cela, j'ai eu l'occasion de le déclarer par écrit à maintes autorités, à maintes publications (Tribune juive­hebdo, par exemple), à maints organes d'information depuis quatre ans, et je le répète ici aujourd'hui. La lumière ne viendra ni du "docu­drame" Holocaust. ni de la L.L.I.C.A., ni d'une nième levée de boucliers ; elle ne pourra venir que d'un examen, à armes égales, des thèses en présence. Pour ma part, j'aime la lumière.

[94] Au Monde personne ne cille. On connaît l'homme et on vit dans la terreur de le voir débarquer, cherchant à coincer un rédacteur dans un couloir pour le sermonner d'importance. Au Matin de Paris, on ne connaît pas l'affaire et la rédaction parisienne charge son correspondant à Lyon, Claude Régent, de prendre contact avec Faurisson. Ils se rencontrent, armés d'enregistreurs à cassettes, le 8 novembre au Sofitel. Selon la bande enregistrée, l'entretien débute ainsi :

R.F. : Il est bien entendu que je vous accorde cette interview à plusieurs conditions qui ont été précisées au téléphone. La première c'est qu'en fin de compte, il s'agira d'une interview écrite. Nous allons bavarder un peu aujourd'hui, et puis vous poserez des questions. Ces questions, je les enregistrerai par écrit. Et puis, je tâcherai de vous apporter une réponse demain. [...] Cependant, pour le Matin, je vais poser des conditions à mon tour. Mes conditions sont les suivantes : c'est une publication in extenso, ou ce n'est pas une publication. C'est à vous de décider. A votre avis, je dois vous remettre une interview écrite de quelle longueur de pages ?

C.R. : Très courte. Je n'ai pas fixé dès aujourd'hui une longueur vraiment.

R.F. : Nous devons être bien précis sur ce point, elle doit être complète, ou elle ne passe pas. C'est­à­dire que, par exemple, si je vous remets soixante lignes dactylographiées, ce sont soixante lignes dactylographiées avec titres, intertitres.

C.R. : Je ne peux pas m'engager pour cela.

R.F. : Bien. Seulement vous pouvez vous engager de la facon suivante : je vous demande, d'ores et déjà, de passer tout, si bref ou si long que ce soit. Ou vous ne passez rien.

C.R. : le ne peux absolument pas prendre cet engagement, car ce n'est pas possible.

R.F. : Je ne veux pas d'une interview qui serait découpée, je m'y refuse absolument.

C.R. : On m'a demandé de venir vous voir, puisque vous avez écrit au Matin. Le Matin veut savoir ce que vous avez à dire. C'est tout, c'est aussi simple que cela. Moi je viens vous voir pour vous demander ce que vous avez à nous dire.

R.F. : Je vous ai répondu dans un premier temps que ce que j'avais à vous répondre, je le ferai par écrit. Et vous savez pourquoi : le sujet est très délicat. Je vous ai même dit que je voulais en la circonstance agir comme Mitterrand qui, a­t­il dit, ne donne d'interview qu'écrite. Il est évident que si je crains, n'est­ce pas, d'avoir à parler du sujet librement, si je veux que ce soit par écrit, c'est parce que je crains des déformations. La première des déformations que je puisse craindre, c'est celle d'un découpage, d'un raccourcissement. Eh bien, je n'en veux pas ! Je ne veux rien qui puisse déformer si peu que ce soit ma pensée. Le sujet est trop grave. Alors je comprends très bien, vous êtes très aimable, vous venez [95] me trouver, vous me dites que vous ne pouvez pas prendre cette responsabilité. Eh bien, je pense que si j'habitais Paris, j'irais voir votre responsable de la rédaction et que peut­être nous pourrions nous mettre d'accord. Peut­être pourriez­vous vous­même - c'est une suggestion que je vous fais - vous mettre à nouveau en rapport avec lui et lui dire : voilà ce qu'il en est. Le sujet est extrêmement grave, vous comprenez, ce n'est pas une affaire de chien écrasé.

C.R. : Je ne peux pas dire : "voilà, c'est en place", avant de savoir ce que vous allez dire.

R.F. : Ce n'est pas cela. Si vous m'avez bien suivi, ce n'est pas cela que je dis. Je dis que vous n'avez pas à décider par avance.

C.R. : Je peux vous dire par exemple, vous allez écrire sur deux questions précises, ce que l'on appelle en termes journalistiques un feuillet, disons une page dactylographiée, soit 25 lignes dactylographiées. Je ne peux absolument pas vous dire si ca se passera intégralement.

R.F. : Écoutez, ce que je peux faire, n'est­ce pas, c'est fournir de toute facon le texte. Vous avez bien compris. Ce que je demande, c'est de fournir de toute facon le texte. Et je dis : "Mais ce texte n'est publié que s'il est publié intégralement." C'est à ce moment­là que vous décidez. Vous décidez sous bénéfice d'inventaire, vous ne décidez pas à priori. Quand vous aurez entre les mains ces trois pages dactylographiées, eh bien, à ce moment­là, vous prendrez votre décision, et ce sera tout ou rien !

C.R. : C'est­à­dire que vous fournirez d'abord le texte, et après on décidera si oui ou non on passe.

R.F. : Exactement, ce texte, étant bien entendu que ce texte sont vos questions et mes réponses. Et le titre est extrêmement important, n'est­ce pas. Vous allez voir pourquoi, je vous l'expliquerai tout à l'heure. Le titre, je veux en être responsable.

C.R. : Alors là, vous bousculez les usages.

R.F. : Eh bien, tant pis pour moi, je le regrette pour vous. Je bouscule souvent beaucoup d'usages comme cela. Le titre est une chose capitale, et le titre par exemple pourrait être insultant. Dans l'atmosphère de polémique qui se développe autour de cette interview du dénommé Darquier, tout est possible. Toute calomnie, toute médisance, toute déformation sont possibles, à commencer par le titre. Je pourrais vous donner des exemples de titres qui seraient purement scandaleux.

C.R. : Le titre, ce n'est pas la personne qui est interviewée qui décide du titre.

 

Pensant qu'une sorte d'accord est établi, Faurisson éprouve le besoin de se présenter :

[...] Je m'appelle Robert Faurisson, je suis à demi­britannique. Pendant la guerre, étant enfant, j'étais surnommé l'Angliche et sur mon pupitre, je n'ai pas gravé le mot "liberté" comme Éluard, n'est­ce pas, nous invite à le faire. J'ai gravé "Mort à Laval", et j'écrivais comme cela, dès que je le pouvais, car j'étais courageux, "Hitler Dreck". Je faisais un peu d'allemand, avec beaucoup de "résistance" à mes profs d'allemand, mais j'écrivais "Hitler Dreck". Ca veut dire "merde". Et puis, j'avais parmi mes camarades un dénommé Barbot ou Barberot que j'aimerais bien retrouver aujourd'hui, qui était pro­allemand, et qui s'était tout à fait réjoui le jour où j'ai dû dévisser mon pupitre, et aller faire racler ce pupitre où il y avait marqué "Mort à Laval". Il s'était tout à fait réjoui, car ce jour­là, devant tous les petits camarades, on m'a fait honte de "vos Anglais qui courent dans le désert comme des lapins". Vous savez, la phrase, je l'ai encore. Et ce Barbot ou Barberot peu de jours après le débarquement des Anglo­Américains en Afrique du Nord, quand les gens commencaient à sentir que ca tournait, est venu vers moi, m'a tendu la main, et m'a dit (excusez­moi, c'était le mot ; je crois me rappeler que c'était le mot) : "Cette fois­ci, ils l'ont dans le cul." Je lui dis (mais d'abord j'ai refusé la main de Barberot, je suis raide hein !): &laqno; Mais de qui veux­tu parler ?" "Eh bien, des Boches." "Comment ? Toi, Barberot, des Boches ?" Et le petit bonhomme m'a répondu, car nous faisions du latin, et je pense qu'il avait entendu cela la veille au soir de son père : "Errare humanum est; perseverare diabolicum." Vous savez ce que cela veut dire : "l'erreur est humaine, la persistance dans l'erreur est diabolique". Je suis persuadé que M. Barberot père est, par la suite, devenu grand résistant, grand faux ou vrai résistant, n'est­ce pas. Et jusqu'au bout j'ai été, je dois dire, pétri de cette haine qu'on m'infusait dans ma famille, qu'on m'infusait à la radio. Je ne pouvais non seulement pas voir Laval, mais Darlan, je ne sais pas pourquoi, bête noire, et puis ca a été comme cela jusqu'au bout, et je peux vous rapporter une autre réflexion qui n'est pas du tout à mon honneur, et que je vous donne. Je me trouvais en congé en août 1944 dans un petit village de Charente et qui s'appelle Lapéruse. J'étais accoudé à la fenêtre, et j'avais à côté de moi mon frère qui est un peu plus jeune ; et mon frère et moi, nous regardions passer dans la rue du village un type torse nu, et derrière un F.F.I. avec la baïonnette. Je me tourne vers mon frère, et je dis : "Mais qu'est­ce qu'on attend pour le buter ce salaud­là ?" Car il n'y avait pas besoin de me faire un discours, un signe. Puisqu'il était au bout de la baïonnette d'un F.F.I., c'était forcément un collabo. Un collabo était un salaud ; un collabo ca se descend. Voilà comment j'étais. Et je trouve qu'il faut être très dur dans la vie, au moment de la lutte, mais quand c'est fini (et le nazisme est mort, et puis, il est bien mort le 30 avril 1945 ; il ne faut pas me raconter d'histoire, et bien fini) l'hallali, l'hallali n'est pas mon fort. Moi je prendrais presque le parti du cerf. Voilà comment j'agis. Ca, c'est pour les choses sentimentales et politiques. Et pendant la guerre d'Algérie, je vais vous dire ce que j'ai fait. C'est une chose qui peut se vérifier. J'ai apporté ma cotisation au Comité Maurice Audin, oui, mais ensuite, j'ai défendu un camarade qui était soupconné d'être O.A.S. C'est comme ca que chez les vrais Britanniques on réagit. Je sais que c'est un peu difficile à comprendre quelquefois. Et j'ai horreur que l'on crache sur un cadavre, et je m'interroge toujours sur les raisons pour lesquelles on crache sur un cadavre. Je trouve troublante cette unanimité à propos de l'affaire Darquier de Pellepoix. Darquier de Pellepoix, c'est le type même d'homme que ca m'aurait réjoui qu'on abatte pendant la guerre. Moi, je me suis réjoui quand j'ai appris que Philippe Henriot avait été abattu. Quand j'entendais dire à la radio anglaise, dont je buvais toutes les paroles : "4000 tonnes de bombes sur Hambourg", je disais : "C'est formidable, mais pourquoi n'y en a­t­il pas eu 8000 ?" Quand les femmes, les vieillards, les enfants grillaient au phosphore, moi je trouvais ca très bien. Oradour (625 morts) m'indignait ; Dresde où il y [97] a eu probablement 135 000 morts, ville­hôpital, ville­musée, la Florence de l'Elbe, je trouvais cela normal, je trouvais cela très bien.

 

On ne retrouvera évidemment pas un mot de cet autoportrait dans l'article du journaliste. Faurisson entreprend alors d'expliquer la raison de ses recherches ainsi que ses conclusions. Le journaliste est choqué (on le comprend) et il commence à persifler (on le comprend moins) :

C.R. : Alors les gens qui étaient au Vel­d­Hiv, ils sont partis se promener, et ils sont tous revenus.

R.F. : Il faut que vous me posiez la question sur un autre ton.

C.R. : Vous voulez persuader qui, là ? Vous voulez prouver quoi ? Qu'il n'y a pas de juifs qui ont été déportés, qui sont...

R.F. : Alors, je suis obligé de reprendre. Mais il faut d'abord que vous me parliez gentiment, sinon, je ne peux pas vous répondre. Que oe soit clair ! Sinon, nous nous arrêtons tout de suite. Alors, je dis ceci : je pense à propos des déportés, ce qu'en pensaient par exemple... je ne voudrais pas citer de noms parce que ca va tout de suite aiguiller dans un mauvais sens. Voici ce que j'en pense. Regardez tout ce qui est vrai parmi les souffrances. Il y a le fait que des gens ont été persécutés à cause de leur origine, soit raciale, soit religieuse. Pour les uns ca a pu être cette chose, qui est un drame affreux : perdre son métier. Pour d'autres. internés. Pour d'autres, séparés de leur famille. Pour d'autres, déportés. Pour d'autres, déportés puis internés et, très loin de leur pays. travailler dans des conditions souvent très dures, souvent mal nourris. en proie à toutes sortes d'épidémies. Il y a eu des ravages formidables et dus au typhus à Bergen­Belsen, ces fameux monceaux de cadavres que l'on nous montre. Il y a eu toutes ces choses­là. Il faudrait d'ailleurs ne pas oublier aussi tous les faits de guerre, qui peuvent être que, un homme. par son action prend des risques, fait de la résistance. Il devient un combattant. Moi vous savez, j'aurais eu deux ans de plus. vous en faites pas, j'en étais.

C.R. : Vous aviez quel âge à oe moment­là ?

R.F. : J'avais 15 ans en 1944. Toutes ces choses­là sont vraies, sont suffisamment affreuses. Alors moi. qu'est­ce que je vais dire pour répondre à votre question (que j'aurais souhaité d'une facon moins agressive) ? Ce que je veux, c'est cette chose bien humble qui s'appelle la recherche de la vérité, et qui s'appelle l'exactitude, parce que je trouve que oe n'est pas beau, oe n'est pas beau de mentir, ca n'est pas beau. de fabriquer cette espèce de nazisme de sex­shop que vous voyez en oe moment, et depuis longtemps. La curiosité qu'on porte à Adolphe est une curiosité absolument malsaine. Pour moi. il ne m'intéresse pas plus. Adolphe que Napoléon Bonaparte, ni ses idées, ni sa personne. Staline n'était pas un dieu. Hitler n'était pas le diable, comme ca, tout d'un coup surgi. n'est­ce pas. Non ! Alors, oe qui m'intéresse, c'est ca, et je crois que je fais oeuvre saine.

C.R. : Alors est­ce que oui ou non, Hitler a­t­il tué des juifs ? [98]

R.F. : Jamais Hitler n'a donné l'ordre de tuer. Et écoutez­moi bien, c'est important les mots que je vais dire ici, jamais Hitler n'a donné d'ordre de tuer des gens en raison de leur race, ou de leur religion. Qu'il ait dit, dix fois : "Les Juifs veulent notre mort, c'est nous qui aurons la leur..."

C.R. : C'est déjà pas mal.

R.F. : Mais enfin, enfin...

C.R. : Mais la "solution finale" ?

R.F. : La "solution finale", puisque vous me posez la question...

C.R. : Si ca n'existe pas !

R.F. : La "solution finale" existe absolument.

C.R. : C'est quoi la "solution finale" ?

R.F. : La "solution finale" (Endloesung, Gesamtloesung) la solution d'ensemble, c'est faire que les Juifs soient déportés. D'abord à Madagascar. Vous savez que c'est ce qu'on a appelé le Madagascar Projekt. Et j'en ai le texte. Ensuite quand la guerre a été européenne, qu'il n'en a plus été question, à ce moment­là, ca a été : mettre les Juifs le plus loin possible de l'Europe, dans un coin là­bas ; en attendant, les faire travailler pour ceux d'entre eux qui peuvent travailler. Mais vous avez le propos, il est d'Hitler, si on fait cas du propos d'Hitler n'est­ce pas, (vous pouvez toujours me dire, Hitler raconte des histoires, mais enfin, s'il raconte des histoires dans un sens, en raconte­t­il dans l'autre ?). Hitler disant, n'est­ce pas : "Je les forcerai à fonder un État national" et cela, ca date si je ne m'abuse de septembre 1942.

C.R. : Alors qu'est­ce qu'ils faisaient dans ces camps, où ils mouraient, où... ?

R.F. : Alors, dans ces camps, ils ne mouraient pas tous, puisque, n'est­ce pas, les associations quand même d'anciens déportés sont nombreuses. Alors, à ce propos­là, je voudrais vous dire une chose que j'ai perdue de vue en cours de route, et qui est très importante, c'est à propos du chiffre. Eh bien, voilà ! Vous connaissez donc le Comité d'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Vous savez que c'est un service qui est rattaché directement au Premier ministre. Il est dirigé, si vous voulez, et les deux principaux responsables en sont M. Henri Michel et M. Claude Lévy. Or, une enquête a été entreprise sur la déportation, il y a très longtemps, plus de vingt ans je crois, pour, vous savez, ce que vous disiez tout à l'heure en ricanant : "Vous voulez les noms, etc.", eh bien, c'est un travail scientifique qu'ils ont entrepris département par département. Cette enquête, Monsieur, a été terminée en fin 1973. Vous n'en avez jamais vu paraître les résultats, et maintenant je vais vous dire pourquoi. Ce Comité publie en pages ronéotypées, et c'est de diffusion on peut dire confidentiel, un bulletin qui n'est pas à confondre avec la revue, la Revue de la Seconde Guerre mondiale, un bulletin, et dans ce bulletin voici ce que dit M. Henri Michel (alors, ce sont les numéros, je crois, 209 et 212, datés de janvier et d'avril 1974). Eh bien le "résultat d'ensemble de l'enquête" (qui a duré tant d'années, qui a fait travailler tant de gens) "ne sera pas publié", et la raison en est donnée, n'est­ce pas, "par crainte d'incidents avec certaines associations de déportés". Autre formule : "Pour éviter les réflexions désobligeantes pour les déportés."

[99]C.R. : Alors, il y a eu combien de disparus ?

R.F. : Vous revenez à cette question, à laquelle je vous dis que personnellement, je ne suis pas en mesure de répondre, mais je dis qu'il y a des gens à qui il faut poser la question, en leur demandant, n'est­ce pas, de publier les résultats de leurs enquêtes sur la France...

Dans le courant de la conversation, le journaliste lance l'hamecon Darquier (c'est utile, il doit se demander si l'on pourra titrer "un émule de Darquier", c'est bon pour les ventes). Réponse de R.F. :

"Monsieur Darquier de Pellepoix est un monsieur qui ne m'intéresse pas, c'est le type même de l'homme que toute ma vie je combattrai."

Ca ne mord pas. Faudra trouver un autre titre. L'entrevue se termine assez mal :

[...] Mes étudiants vont lire le Matin. Malheureusement ils ne le liront pas, puisque moi je ne veux que de l'interview (n'est­ce pas, je l'ai bien précisé), l'interview écrite. Vous êtes bien d'accord ?

C.R. : Pas du tout !

R.F. : Comment ?

C.R. : Pas du tout, vous m'avez parlé, je ne vous ai rien dit au départ. J'utilise, c'est vous qui me l'avez dit.

R.F. : Non, non, vous m'avez dit, excusez­moi, vous m'avez bien dit que vous étiez d'accord sur le point suivant - ou alors ce serait extrêmement grave, Monsieur - que vous m'accordiez une interview écrite, je n'accepte pas... oui, ca a été une conversation entre nous.

C.R. : Je ne l'ai pas dit, vous pouvez vérifier.

R.F. : Bon, écoutez Monsieur, vous êtes en train de me tromper et c'est très mal ce que vous faites, c'est très grave, vous n'avez pas le droit de faire ca.

C.R. : Je ne parlerai pas... pour moi.

R.F. : Je vous en ai parlé en confiance, comme ca, entre nous ; ce que vous faites...

C.R. : Vous croyez que je vais perdre moi, une heure à discuter avec vous, et ne pas faire d'article, non, c'est... pas... possible...

 

L'article du Matin allait justifier toutes les craintes de Faurisson. (19) Le chapeau commence ainsi : "Darquier n'est pas seul. Certains qualifient de "déments" ses propos sur les camps d'extermination nazis. A Lyon, un enseignant, Robert Faurisson, le soutient." Le même chapeau se termine par une allusion à la fin de l'entrevue avec Claude Régent qui a "enregistré [100] au magnétophone deux heures d'interview. Peu après, Faurisson exigeait qu'elle ne soit pas publiée. Sans doute fut­il effrayé par l'énormité de ses propos". Le journaliste, lui, n'est pas effrayé par l'inanité de son propos. Non content de ces déformations, on ajoute le mensonge pur et simple : il est dit que Faurisson "exerce les fonctions de conseiller historique des éditions du Baucens, à Bruxelles. Les titres de quelques­uns des ouvrages publiés sont explicites : le Mensonge d'Auschwitz, le Protocole des Sages de Sion, la Vérité sur l'affaire Joachim Peiper". Claude Régent s'était bien gardé de demander à Faurisson ce qu'il en était. On verra d'ailleurs d'autres journaux reprendre cette calomnie à l'état pur, et même faire de Faurisson l'auteur des ouvrages mentionnés, comme Bernard Schalscha, dans Libération, qui recopie un peu hâtivement l'article paru la veille dans le Matin . (20) Pour couronner le tout, le Matin affirme qu'avant 1969, alors qu'il enseignait à Clermont­Ferrand, "Robert Faurisson avait recu un blâme à la suite de propos antisémites".

Pour raccrocher le lecteur, la phrase "le Journal d'Anne Frank est­il authentique ?" (qui n'a pas grand'chose à voir avec l'objet de la discussion) est utilisée quatre fois (chapeau, titre de l'article, deux fois dans le corps de l'article) et reprise une cinquième fois, dans une autre formulation, sous une photo d'Anne Frank, sans un seul mot de commentaire pour éclairer le sens de cette question. A quoi sert la malheureuse Anne Frank dans le Matin de Paris ? A faire pleurer Margot, à détourner l'attention de ce qui est dit. On m'avait dit que ce journal était socialiste ; ca doit être une erreur.

Le reste de l'article consiste en considérations de M. Maurice Bernadet, président de Lyon 2, en extraits - partiellement falsifiés (21)- du programme des cours de Faurisson, et en extraits hachés menu du texte de Faurisson intitulé "le problème des chambres à gaz". Dans tout cela, pas un mot de ce que Faurisson a dit au cours de l'entrevue.

[101] Cet article et ses petites fantaisies allaient être repris tels quels dans le reste de la grande presse. Faurisson catapulta aussitôt une réponse. Mais dans un journal socialiste comme le Matin de Paris, on ne s'embarrasse pas du droit de réponse. Faurisson a donc eu recours à la justice de son pays. Dans ses considérants, le tribunal reprend en partie le texte de cette réponse (22):

Je ne donne d'interview qu'écrite. Votre journaliste en a été dûment prévenu, il s'est permis de tronquer et de lier bout à bout des fragments de mes écrits présentés au surplus comme ceux d'un antisémite.

Je ne m'intéresse ni au national­socialisme qui est mort et bien mort le 30 avril 1945, ni au néo­nazisme de nostalgiques, ni, surtout à l'envahissant nazisme de sex­shop colporté par les médias et même par les historiens officiels.

Quatre ans de réflexion sur la thèse de Paul Rassinier (authentique et courageux déporté résistant) et quatre ans de recherches personnelles y compris au Struthof, à Auschwitz, à Birkenau et à Majdanek m'ont convaincu que les "chambres à gaz" hitlériennes ne sont qu'une imposture ; [...] A supposer que les "chambres à gaz" n'aient pas existé faut­il continuer de le taire ou bien faut­il l'annoncer enfin, cette bonne nouvelle ?

Et le tribunal conclut sur ce sujet de la facon suivante :

Attendu que le directeur du Matin était en droit de refuser la publication d'une réponse dans laquelle l'auteur de l'article, accusé d'avoir tronqué et lié bout à bout des fragments des écrits de Faurisson, était ainsi mis en cause en termes insultants ; que par ailleurs, ce dernier abusait de ce droit en cherchant à imposer au journal la publication d'un écrit dans lequel il mettait l'accent sur l'"envahissant nazisme de sex­shop colporté par les médias et même par des "historiens officiels"", toutes considérations n'ayant aucun lien direct avec sa mise en cause par le journaliste.

Ainsi, on insulte un journaliste en décrivant très exactement ce qu'il a fait : tronquer et lier des textes. C'est une bonne chose à savoir. Il n'empêche que le Matin a été condamné pour diffamation, l'histoire du blâme pour propos antisémites n'étant pour eux que "très vraisemblable", à ce qu'ils prétendent, "sans justification". Mais, et c'est là l'extraordinaire, à la demande, routinière, de publication du jugement, le tribunal oppose un refus "en raison des circonstances particulières de la cause". On a donc un journal qui diffame un particulier le fait est reconnu par un tribunal, mais ce particulier se voit dénier le droit de voir réparer publiquement ce que le jugement qualifie d'atteinte "à l'honneur et à la considération". Que [102] sont donc ces "circonstances particulières", sinon le désir commun du journal et du tribunal que l'image de Faurisson dans le public demeure entachée de cette accusation ?

Dans un effort d'humour involontaire, le Matin publie en bas de la même page un article intitulé : "Comment avoue un innocent". Pour qui se plonge dans cette affaire cauchemardesque, la question des aveux passés par un certain nombre de responsables nazis est évidemment d'une importance cruciale. Toute réflexion, à cet égard, sur la valeur que l'on peut attribuer à des aveux passés dans des conditions de contrainte extrême, doit être prise en considération. On apprend donc, dans cet article, que le groupe d'étude des problèmes posés par la peine de mort, animé par le député R.P.R. Pierre Bas, a décidé d'entendre un certain nombre de "grands témoins", dont Gilles Perrault, Mgr Fauchet, évêque de Troyes, et l'abbé P. Toulat. Gilles Perrault fit son exposé sur la fragilité du témoignage et "comment peut­on avouer lorsqu'on est innocent ?", avec référence à Artur London. Je cite la fin du texte : "Le témoignage ne vaut pas mieux que l'aveu. Les conclusions dûment étayées par des expériences précises d'un groupe de chercheurs à l'université de Columbia sont à ce sujet atterrantes. On croyait jusqu'alors que l'oeil humain fonctionnait comme une caméra, la mémoire restituant le film plus ou moins complètement, mais fidèlement. En fait, non seulement la mémoire mais le regard seraient sélectifs. L'oeil verrait ce qu'il s'attend à voir, ce qu'il a envie de voir, ce qu'il est logique qu'il voie." Point n'est besoin de chercheurs universitaires pour savoir tout cela. Mais allez donc transposer ces considérations du plan pénal à celui des événements historiques... Qu'en penserait Me Badinter ?

Il serait fastidieux de rechercher dans l'ensemble de la presse les réactions à cette affaire. On y verrait seulement qu'au­delà des condamnations et des indignations, il n'y a pas d'information, pas de discussion spontanée. (23) Ce sont les lettres de Faurisson au Monde qui relancent à chaque fois la balle.

Première lettre, le 16 décembre 1978 :

Ne niez jamais ! Pour avoir nié, comme Paul Rassinier et vingt autres auteurs révisionnistes, I'existence des "chambres à gaz" hitlériennes, je me vois traiter depuis quatre ans par les plus hautes instances universi[103]taires, de "nazi", de "fou", de "Savonarole", de "jésuite", de personnage "nocif". Or, avant 1974, j'étais non moins officiellement tenu pour un "très brillant professeur", un "chercheur très original", un homme doté d'une "personnalité exceptionnelle", un enseignant aux "remarquables qualités intellectuelles et pédagogiques" ; mes publications avaient "fait grand bruit" et ma soutenance de thèse en Sorbonne avait été jugée "étincelante".

Le 16 novembre 1978, un journal qui avait obtenu un entretien de M. Bernadet (président de mon université) publiait sur mon compte d'abominables calomnies en préface à un montage de "déclarations" que j'avais faites sur le mensonge des "chambres à gaz". M. Bernadet faisait immédiatement placarder l'article et l'accompagnait d'une affiche invitant les chers collègues à venir signer à la présidence un registre de protestations contre mes "déclarations". Pour sa part, il déclarait à un autre journal que mon "équilibre intellectuel" était peut­être "atteint" et qu'il ne pourrait plus assurer ma sécurité. Dans un communiqué, puis dans une conférence de presse, il dénoncait le "caractère scandaleux" de mes "affirmations", qui, par ailleurs, "ne reposaient sur aucun fondement sérieux et ne méritaient que le mépris".

En accord avec le recteur, M. Bernadet prend ensuite un arrêté de suspension de mes enseignements. Ni l'un, ni l'autre ne m'en préviennent à temps et je tombe dans un véritable guet­apens. Des éléments étrangers à notre université pénètrent jusqu'à mon bureau. M. Bernadet, qui est tout près de là et qui sait ma présence sur les lieux ainsi que ces allées et venues de gens excités, ne fait rien. Un petit groupe d'entre eux m'insulte et me prend en chasse dans les couloirs de l'université. Ce groupe me rattrape à la sortie. Il me rosse sur le trottoir. Puis il me reprend en chasse et m'agresse à nouveau, ainsi qu'un de mes étudiants. Depuis trois ans, grâce à M. Bernadet, je suis un maître de conférences dont on bloque toute possibilité d'avancement parce que - motif officiel - outre que je réside à deux heures de Lyon, je n'ai, paraît­il jamais rien publié de ma vie, et cela "de (m)on propre aveu" ! Pour fonder son accusation, M. Bernadet a sorti de son contexte une phrase d'une lettre où je lui disais mon étonnement de m'entendre traiter de "nazi" alors que je n'avais jamais rien publié... qui pût le laisser croire (lettre, dont il ose donner lui­même la référence, du 12 décembre 1975). Cette stupéfiante accusation allait ensuite être confirmée par mon ministre, puis tout récemment, par le Conseil d'État, aux yeux de qui les motifs invoqués contre moi ne sont pas "matériellement inexacts" (la liste de mes publications figurait pourtant dans mon dossier) ! Je n'engagerai pas ici de discussion avec M. Bernadet et je ne relèverai pas dans sa lettre d'autres graves inexactitudes, habiletés et omissions. J'attends un débat public sur un sujet que manifestement on esquive : celui des "chambres à gaz". Au Monde que, depuis quatre ans, je sollicite en ce sens­là, je demande de publier enfin mes deux pages sur "La rumeur d'Auschwitz". Le moment en est venu. Les temps sont mûrs.

Finalement, avec toutes les restrictions mentales des uns et des autres, les temps sont peut­être en train de mûrir, la discussion, ou ce qui en tient lieu, s'ouvre (24) : [104]

"Le problème des chambres à gaz  (a) " ou "la rumeur d'Auschwitz"

Nul ne conteste l'utilisation de fours crématoires dans certains camps allemands. La fréquence même des épidémies, dans toute l'Europe en guerre, exigeait la crémation, par exemple des cadavres de typhiques (voy. les photos).

C'est l'existence des "chambres à gaz", véritables abattoirs humains, qui est contestée. Depuis 1945, cette contestation va croissant. Les grands moyens d'information ne l'ignorent plus.

En 1945, la science historique officielle affirmait que des "chambres à gaz" avaient fonctionné, aussi bien dans l'ancien Reich qu'en Autriche, aussi bien en Alsace qu'en Pologne. Quinze ans plus tard, en 1960, elle révisait son jugement : il n'avait, "avant tout" (?), fonctionné de "chambres à gaz" qu'en Pologne (b). Cette révision déchirante de 1960 réduisait à néant mille "témoignages", mille "preuves" de prétendus gazages à Oranienbourg, à Buchenwald, à Bergen­Belsen, à Dachau, à Ravensbrueck, à Mauthausen. Devant les appareils judiciaires anglais ou francais, les responsables de Ravensbrueck (Suhren, Schwarzhuber, Dr Treite) avaient avoué l'existence d'une "chambre à gaz" dont ils avaient même décrit, de facon vague, le fonctionnement. Scénario comparable pour Ziereis, à Mauthausen, ou pour Kramer au Struthof. Après la mort des coupables, on découvrait que ces gazages n'avaient jamais existé. Fragilité des témoignages et des aveux !

Les "chambres à gaz" de Pologne - on finira bien par l'admettre - n'ont pas eu plus de réalité. C'est aux appareils judiciaires polonais et soviétique que nous devons l'essentiel de notre information sur elles (voy., par exemple, l'ébouriffante confession de R. Hoess : Commandant à Auschwitz).

Le visiteur actuel d'Auschwitz ou de Majdanek découvre, en fait de "chambres à gaz", des locaux où tout gazage aurait abouti à une catastrophe pour les gazeurs et leur entourage. Une exécution collective par le gaz, à supposer qu'elle soit praticable, ne pourrait s'identifier à un gazage suicidaire ou accidentel. Pour gazer un seul prisonnier à la fois, pieds et poings liés, les Américains emploient un gaz sophistiqué, et cela dans un espace réduit, d'où le gaz, après usage, est aspiré pour être ensuite neutralisé. Aussi, comment pouvait­on, par exemple à Auschwitz, faire tenir deux mille (et même trois mille) hommes dans un espace de 210 mètres carrés (!), puis déverser (!) sur eux des granulés du banal et violent insecticide appelé Zyklon B ; enfin, tout de suite après la mort des victimes, envoyer sans masque à gaz, dans ce local saturé d'acide cyanhydrique, une équipe chargée d'en extraire les cadavres pénétrés de cyanure ? Des documents trop peu connus (c) montrent d'ailleurs : 1­ Que ce local, que les Allemands auraient fait sauter avant leur départ, [105] n'était qu'une morgue typique (Leichenkeller), enterrée (pour la protéger de la chaleur) et pourvue d'une seule petite porte d'entrée et de sortie ; 2­ Que le Zyklon B ne pouvait pas s'évacuer par une ventilation accélérée et que son évaporation exigeait au moins vingt et une heures. Tandis que sur les crématoires d'Auschwitz on possède des milliers de documents, y compris les factures, au pfennig près, on ne possède sur les "chambres à gaz", qui, paraît­il flanquaient ces crématoires, ni un ordre de construction, ni une étude, ni une commande, ni un plan, ni une facture, ni une photo. Lors de cent procès (Jérusalem, Francfort, etc.), rien n'a pu être produit.

"J'étais à Auschwitz. Il ne s'y trouvait pas de "chambre à gaz"." A peine écoute­t­on les témoins à décharge qui osent prononcer cette phrase. On les poursuit en justice. Encore en 1978, quiconque en Allemagne porte témoignage en faveur de T. Christophersen, auteur du Mensonge d'Auschwitz, risque une condamnation pour "outrage à la mémoire des morts".

Après la guerre, la Croix­Rouge internationale (qui avait fait son enquête sur "la rumeur d'Auschwitz", (d) le Vatican (qui était si bien renseigné sur la Pologne), les nazis, les collabos, tous déclaraient avec bien d'autres : "Les "chambres à gaz" ? nous ne savions pas." Mais comment peut­on savoir les choses quand elles n'ont pas existé ?

Le nazisme est mort, et bien mort, avec son Fuehrer. Reste aujourd'hui la vérité. Osons la proclamer. L'inexistence des "chambres à gaz" est une bonne nouvelle pour la pauvre humanité. Une bonne nouvelle qu'on aurait tort de tenir plus longtemps cachée. (e)

 

La même page comporte une réfutation par un spécialiste, M. Georges Wellers :

Abondance de preuves

M. Faurisson lance un défi : "Je défie quiconque de m'apporter le moindre commencement de preuve de l'existence d'une chambre à gaz" dans les camps de concentration nazis. [106]

Il faut savoir que les chambres à gaz dans les camps où étaient exterminés les Juifs et les Tziganes (Auschwitz, Belzec, Maidanek, Sobibor, Treblinka) ont été détruites par les Allemands avant la fin de la guerre, à la seule exception de Maidanek.

Cela dit, il ne s'agit pas du tout du "moindre commencement de preuve", mais d'une abondance de preuves qui sont de trois sortes : a) archives allemandes ; b) témoignages des anciens S.S. ; c) témoignages des anciens détenus.

Par exemple, dans le cas d'Auschwitz, dans la correspondance entre les industriels constructeurs de quatre chambres à gaz perfectionnées à Auschwitz II (Birkenau) destinées à remplacer celles, "artisanales" aménagées au printemps de 1942 (&laqno; bunkers", dans le jargon du camp), il est question de "l'installation d'une chambre à gaz" (&laqno;... Bestellung einer Begasungskammern"), etc. Ainsi, il est grotesque de prétendre qu'il n'y avait pas de chambres à gaz à Auschwitz, comme le fait le "témoin" Christophersen cité, bien entendu, par M. Faurisson et qui est allé les chercher, en 1944, à Auschwitz 1, à Raïsko, à Bielitz, où elles ne se trouvaient pas. Quant à Birkenau (Auschwitz II), où elles se trouvaient derrière des clôtures interdites à tout étranger, il y est allé une fois pour prendre en charge cent détenues affectées à Raisko, et il n'a rien vu. Tout cela donne la mesure de son "témoignage" fait en 1973 !

Toute la question est de savoir si ces chambres servaient pour les "poux", comme le dit Darquier, et comme semble le penser M. Faurisson, qui note que le Zyklon B est un violent insecticide (souligné par lui), ou pour les êtres humains.

En ce qui concerne les poux, il n'existe aucune indication positive. En revanche, en ce qui concerne les êtres humains, les preuves abondent.

Voici, par exemple, ce que l'on lit dans le journal du médecin S.S. Le professeur Kremer, découvert le 12 août 1945 à son domicile, et se rapportant à la période où ce dernier s'est trouvé à Auschwitz et où il a participé à la sélection pour les chambres à gaz (Sonderaktion) : "2­9­1942 : Ce matin, à 3 heures, j'ai assisté pour la première fois à une Sonderaktion. Comparé à cela, l'enfer de Dante paraît une comédie. Ce n'est pas sans raison qu'Auschwitz est appelé camp d'extermination." "12­10­1942 : j'ai assisté à une Sonderaktion dans la nuit (mille six cents personnes de Hollande). Scènes terrifiantes devant le dernier bunker." "18­10­1942 : J'étais présent à la onzième Sonderaktion sur les Hollandais par un temps froid et humide. Scènes atroces, avec trois femmes qui suppliaient qu'on leur laisse la vie." S'agit­il des poux ou des êtres humains ?

Par comparaison, le même Kremer note : "1-9-1942 :... j'ai assisté l'après-midi à la désinfection d'un bloc avec Zyklon B, afin de détruire les poux". Ici il n'y a question ni de "Sonderaktion", ni de l'enfer de Dante, ni des scènes terrifiantes ou atroces, ni d'extermination...

Le 29 janvier 1943, dans la lettre envoyée par le chef des constructions d'Auschwitz au chef de l'administration centrale de la S.S. à Berlin sur l'état d'achèvement de construction (Bauzustand) du Krematorium II à Birkenau, il est question d'un four crématoire, d'un local pour les cadavres (Leichenkeller) et d'un local pour le gazage (Vergasungskeller). Pour des poux tout cela ? [107]

En juillet 1945 et en mars et avril 1946, deux importants S.S. d'Auschwitz (Pery Broad, responsable de la Politische Abteilung, et Rudolf Hoess, commandant d'Auschwitz), ont donné, devant les autorités britanniques, puis (le second) devant le Tribunal international et, bien avant, les "appareils judiciaires polonais et soviétiques", l'un ignorant l'autre, une description détaillée des chambres à gaz et de leur fonctionnement à Birkenau. Par la suite, au cours de différents procès des S.S. d'Auschwitz devant des tribunaux allemands, huit membres de la S.S. interrogés comme témoins, ont reconnu avoir vu de leurs yeux les chambres à gaz de Birkenau en fonctionnement. Aucun parmi quelques dizaines d'accusés n'a nié leur existence, mais seulement sa participation personnelle à leur usage.

Cinq évadés d'Auschwitz en 1943 et en 1944, parmi lesquels un officier polonais non juif, ont donné la description des chambres à gaz de Birkenau et leurs rapports ont été publiés par les soins de l'Executive Office of War Refugee Board du président des États­Unis en novembre 1944, en pleine guerre, en précisant que "l'Office a toutes les raisons de croire que ces rapports offrent une peinture exacte des faits horribles qui se passent dans ces camps".

D'autre part, quatre manuscrits ont été trouvés au cours des fouilles effectuées sur le territoire de Birkenau, où, avant de mourir, leurs auteurs, tous membres des Sonderkommandos affectés au nettoyage des chambres à gaz et à l'évacuation des cadavres vers les crématoires, les ont enterrés à différentes époques. Toutes ces missives d'outre­tombe parlent des chambres à gaz et de leur fonctionnement. Après la fin de la guerre, quatorze rares survivants parmi les membres des Sonderkommandos de Birkenau ont, de leur côté, donné des descriptions identiques de ces chambres. Il reste à ajouter que la menace de finir ses jours dans une chambre à gaz de Birkenau appartenait à l'arsenal disciplinaire du camp et de ses kommandos, et était inculquée à chaque détenu.

Toutes ces descriptions sont parfaitement concordantes quant à l'emplacement topographique de ces chambres à gaz à Birkenau, à leur nombre, à l'époque de leur entrée "en service", à leur fonctionnement au gaz "Zyklon B" et, bien entendu, à leur usage pour tuer les êtres humains.

N'empêche que sur le ton d'un spécialiste chevronné de l'assassinat de milliers d'êtres humains dans des chambres à gaz, M. Faurisson nous explique que leur utilisation "aurait abouti à une catastrophe pour les gazeurs et leur entourage" envoyés "sans masque à gaz" "tout de suite (souligné par lui) après la mort des victimes... dans ce local saturé d'acide cyanhydrique...". Car, dit­il, &laqno;... le Zyklon B ne pouvait pas s'évacuer par une ventilation accélérée...".

Tout cela n'est qu'un prétentieux bavardage d'un spécialiste de la critique des textes littéraires qui se prend pour un expert en meurtres collectifs. D'autres spécialistes, infiniment mieux placés, étaient d'une tout autre opinion. Par exemple, la lettre du 29 janvier 1943 citée plus haut dit : "L'entreprise Topf und Soehne n'a pas pu livrer à temps le dispositif d'aération et de désaération ("die Be-und Entlueftungsanlage") commandé par la direction centrale des constructions, en raison de l'indisponibilité en wagons. Après l'arrivée du dispositif d'aération et de désaération l'incorporation de celui-ci sera aussitôt commencée, de sorte qu'on peut prévoir que le 20 février 1943 il sera complètement en service." De leur [108] côté, Pery Broad, Hoess et d'autres disent tous que l'évacuation des cadavres se faisait après "le dégazage à l'aide des ventilateurs" (Broad) ; une demi-heure après [le gazage] (G.W.) le ventilateur électrique était mis en marche et les corps étaient hissés jusqu'au four par un monte-charge" (Hoess, devant les Britanniques), etc.

Je ne sais pas si M. Faurisson est antisémite et partisan du nazisme. Il affirme ne pas l'être. Mais, ce que je sais, c'est que s'il l'était, il ne pouvait rien faire de plus, ni de mieux que ce qu'il fait pour calomnier et injurier les Juifs en les traitant d'imposteurs et pour innocenter le nazisme dans ce que ce dernier avait de plus abominable et de plus révoltant.

Mon propos ne s'adresse aucunement aux fanatiques, car il n'existe aucun espoir de les persuader de quoi que ce soit. Il s'adresse aux hommes et aux femmes de bonne foi ignorant les faits et qui risquent pour cette raison de prêter l'oreille aux affirmations fallacieuses des apologistes du nazisme.

 

Le lendemain, on trouve dans le même journal un long article d'Olga Wormser-Migot, intitulé "La solution finale" qui expose les grandes lignes de la thèse traditionnelle. On y trouve aussi une réponse de M. Bernadet, le président de l'université de Lyon 2, ainsi qu'un témoignage du Dr Chrétien sur le camp du Struthof :

Un témoignage

Le Dr Hin, professeur d'anatomie, directeur de 1941 à 1944 de l'Institut d'anatomie de Strasbourg, était désireux de se constituer une collection de crânes juifs. Pour obtenir des squelettes en bon état, ce savant s'adressa donc à Himmler pour obtenir des Juifs vivants (on a retrouvé toute la correspondance). Les S.S. lui livrèrent donc, au camp de concentration de Natzweiler, cinquante­sept hommes et trente femmes, qui furent parqués au block 13, isolé par des barbelés du reste du camp. Les déportés francais de juillet 1943 (numéros entre 4300 et 4500) les ont vus (tous ces déportés francais, dont je suis, ne sont pas encore morts). Une nuit d'août 1943, le block 13 se vida - les déportés francais y furent ensuite transférés. Et les infirmiers du camp nous confièrent, en secret, que ses occupants et occupantes étaient passés à la chambre à gaz du Struthof.

De fait, M. Henry Pierre, un Alsacien employé à l'Institut d'anatomie de Strasbourg, réceptionna quatre­vingt­sept cadavres (et releva les numéros d'Auschwitz tatoués sur les avant­bras) en août 1943. Le savant professeur Hin lui recommanda le silence : "Pierre si tu ne tiens pas ta langue, tu y passeras aussi."

Les temps étaient durs, et le précieux travail de dépouillement de la chair pour dégager les squelettes ne put être fait à temps, et aux approches des Alliés, les criminels s'affolèrent. Des documents écrits montrent leur souci de faire disparaître les traces de oe crime monstrueux.

Les troupes francaises arrivèrent. On trouva une partie des cadavres, qui n'avaient pas encore été dépecés. Ils furent examinés et photographiés par le professeur Simonin. [109]

Arrêté à Bergen­Belsen, Joseph Kramer, commandant du camp de Natzweiler en 1943, a décrit longuement, devant le commandant Jadin, du tribunal militaire de la 10e région, comment, en août 1943, il avait, lui­même, selon les instructions de l'éminent professeur Hin, assassiné par les gaz ces quatre­vingt­sept malheureux, dans la chambre aménagée a la ferme du Struthof

D'autres victimes ont péri dans cette chambre à gaz : des preuves existent (écrits, témoins) de son utilisation, entre autres, pour des expériences sur l'ypérite...

Mais aux menteurs et aux faussaires (au lieu du "droit de réponse" discutable, qu'ils m'attaquent devant les tribunaux pour injure et diffamation : je les attends), il faut rappeler que oe que les nazis se permettaient à l'échelle artisanale sur le territoire francais (Natzweiler­Struthof est en Alsace) ils l'ont fait à l'échelle industrielle à Auschwitz­Birkenau et Majdanek, etc.

Les survivants des camps de concentration, les parents des millions de victimes qui ont râlé dans les chambres à gaz, disparaissent peu à peu. Ils voudraient bien que les disciples de professeurs Hin ne se parent pas de titres universitaires francais.

Dr H. Chrétien,

détenu no 4468 de Natzweiler. Veuf de Rachel Zacharewicz, gazée à Auschwitz­Birkenau avec le convoi du 2 septembre 1943.

Le 16 janvier, réponse de R. Faurisson dont j'ai déjà cité plus haut, p. 61, les premières lignes :

Les répliques que vient de susciter mon bref article sur "La rumeur d'Auschwitz", je les ai lues plus d'une fois en dix­huit ans de recherches. Je ne mets pas en cause la sincérité de leurs auteurs, mais je dis que ces répliques fourmillent d'erreurs, depuis longtemps signalées par les Rassinier, les Scheidl et les Butz.

Par exemple dans la lettre, qu'on me cite, du 29 janvier 1943 (lettre qui ne porte même pas l'habituelle mention de "Secret"), Vergasung ne signifie pas "gazage", mais "carburation". Vergasungslkeller désigne la pièce, en sous­sol, où se fait le mélange "gazeux" qui alimente le four crématoire. Ces fours, avec leur dispositif d'aération et de ventilation, venaient de la maison Topf & Fils d'Erfurt (N°4473).

Begasung désignait le gazage de vêtements en autoclaves. Si le gaz employé était le Zyklon B - préparation de "B [lausaeure]", c'est­à­dire d'acide prussique ou cyanhydrique - on parlait de "chambres à gaz bleues". Rien à voir avec les prétendues "chambres à gaz­abattoirs" !

Il faut citer correctement le Journal du médecin Johann Paul Kremer. On verra ainsi que, s'il parle des horreurs d'Auschwitz, c'est par allusion aux horreurs de l'épidémie de typhus de septembre-octobre 1942. Le 3 octobre, il écrira : "A Auschwitz, des rues entières sont anéanties par le typhus." Lui-même, il contractera ce qu'il appelle "la maladie d'Auschwitz". Des Allemands en mourront. Le tri des malades et des bien-portants, c'était la "sélection" ou l'une des formes dc l'"action [110] spéciale" du médecin. Ce tri se faisait soit à l'intérieur des bâtiments, soit à l'extérieur. Jamais Kremer n'a écrit qu'Auschwitz était un Vernichtungslager, c'est-à-dire, selon une terminologie inventée par les Alliés après la guerre, un "camp d'extermination" (entendez par là : un camp doté d'une "chambre à gaz"). En réalité, il a écrit : "Ce n'est pas pour rien qu'Auschwitz est appelé le camp de l'anéantissement (das Lager der Vernichtung)." Au sens étymologique du mot, le typhus anéantit ceux qu'il frappe. Autre grave erreur de citation : à la date du 2 septembre 1942, le manuscrit de Kremer porte : "Ce matin, à 3 h, j'ai assisté dehors, pour la première fois, à une action spéciale." Historiens et magistrats suppriment traditionnellement le mot "dehors" (draussen) pour faire dire à Kremer que cette action se déroulait dans une "chambre à gaz". Enfin, les scènes atroces devant le "dernier bunker" (il s'agit de la cour du bunker n° 11) sont des exécutions de condamnés à mort, exécutions auxquelles le médecin était obligé d'assister. Parmi les condamnés se trouvent trois femmes arrivées dans un convoi de Hollande : elles sont fusillées. (a)

Les bâtiments des "Kremas" de Birkenau étaient parfaitement visibles (b) de tous. Bien des plans et des photos le prouvent, qui prouvent également l'impossibilité matérielle radicale pour ces "Kremas" d'avoir eu des "chambres à gaz".

Si, à propos d'Auschwitz, l'on me cite, une fois de plus des aveux, des mémoires ou des manuscrits - miraculeusement - retrouvés (tous documents que je connais déjà), je veux qu'on me montre en quoi leurs précisions imprécises diffèrent des précisions imprécises de tous les documents qui ont fait dire aux tribunaux militaires des Alliés qu'il y avait des "chambres à gaz" là où, en fin de compte, on a fini par reconnaître qu'il n'y en avait pas eu : par exemple, dans tout l'Ancien Reich !

J'avais cité les documents industriels NI'9098 et 9912. Il faut les lire avant de m'opposer les "témoignages" de Pery Broad et de R. Hoess ou, pourquoi pas, les "aveux", après la guerre, de J.P. Kremer. Ces documents établissent que le Zyklon B ne faisait pas partie des gaz qualifiés de ventilables, ses fabricants sont obligés de convenir qu'il est "difficile à ventiler, vu qu'il adhère aux surfaces". Dans un local cyanuré par le Z. B, on ne peut pénétrer, avec un masque au filtre "J" - le plus sévère des filtres - qu'au bout d'une vingtaine d'heures pour procéder à un test chimique de disparition du gaz. (c) Matelas et couvertures doivent être battus à l'air libre pendant une à deux heures. Or, Hoess écrit (d) : "Une demi-heure après avoir lancé le gaz, on ouvrait la porte et on mettait en marche l'appareil de ventilation. On commencait immédiatement à extraire les cadavres." Immédiatement (sofort) ! Et d'ajouter que l'équipe chargée de manipuler deux mille cadavres cyanurés entrait dans ce local (encore plein de gaz, n'est­ce pas ?) et en tirait les corps "en mangeant et en fumant", c'est­à­dire, si je comprends bien, sans même un masque à gaz. C'est impossible. Tous les témoignages, si vagues ou [111] discordants qu'ils soient sur le reste (e), s'accordent au moins sur ce point : L'équipe ouvrait le local, soit immédiatement, soit "peu après" la mort des victimes. Je dis que ce point, à lui seul, constitue la pierre de touche du faux témoignage.

En Alsace la "chambre à gaz" du Struthof est intéressante à visiter. On y lit sur place la confession de Josef Kramer. C'est par un "trou" (sic) que Kramer versait "une certaine quantité de sels cyanhydriques", puis "une certaine quantité d'eau" : le tout dégageait un gaz qui tuait à peu près en une minute. Le "trou" qu'on voit aujourd'hui a été si grossièrement fait par un coup de burin que quatre carreaux de faïence en ont été brisés. Kramer se servait d'un "entonnoir à robinet". Je ne vois ni comment il pouvait empêcher ce gaz de refluer par ce trou grossier, ni comment il pouvait admettre que le gaz, s'évacuant par la cheminée, aille se répandre sous les fenêtres de sa villa. Qu'on passe dans une pièce voisine et, là, qu'on m'explique cette affaire de cadavres conservés pour le professeur Hirt dans des "cuves à formol", qui ne sont, en fait, que des cuves à choucroute et à pommes de terre, munies de simples abattants de bois sans étanchéité.

L'arme la plus banale, si elle est soupconnée d'avoir tué ou blessé, fait l'objet d'une expertise judiciaire. On constate avec surprise que ces prodigieuses armes du crime que sont les "chambres à gaz" n'ont, elles, jamais fait l'objet d'une expertise officielle (judiciaire, scientifique ou archéologique) dont on puisse examiner le rapport. (f)

Si par malheur les Allemands avaient gagné la guerre, je suppose que leurs camps de concentration nous auraient été présentés comme des camps de rééducation. Contestant cette présentation des faits, j'aurais été sans doute accusé de faire objectivement le jeu du "judéomarxisme". Ni objectivement, ni subjectivement je ne suis judéomarxiste ou néo­nazi. J'éprouve de l'admiration pour les Francais qui ont courageusement lutté contre le nazisme. Ils défendaient la bonne cause. Aujourd'hui, si j'affirme que les "chambres à gaz" n'ont pas existé, c'est que le difficile devoir d'être vrai m'oblige à le dire.

[Conformément à la loi du 29 juillet 1881, nous publions le texte de M. Faurisson. Toute réplique le mettant en cause ouvrirait à son profit un nouveau droit de réponse.

Nous n'en considérons pas pour autant comme clos le dossier ouvert par les déclarations de Darquier de Pellepoix. ]

 

G. Wellers répond sans citer Faurisson (voir p. 331).

Enfin, en réponse à un placard publicitaire du Droit de vivre, "le professeur Faurisson est assigné par la L.I.C.A. devant les tribunaux, (25) il envoie le texte suivant, dont seuls des extraits sont publiés, peut­être pour ne pas lui accorder plus de place que le placard incriminé (23 mars 1979) : [112]

 

Pour un vrai débat sur les "chambres à gaz»

M. Wellers, qui me traite de "romancier", a éludé mes arguments et, en particulier. ceux qui touchent aux impossibilités matérielles du gazage. Employé dans cette prétendue "chambre à gaz" de 210 mètres carrés (en réalité : une simple morgue), le Zyklon B aurait adhéré au plafond, au plancher et aux quatre murs. Il aurait pénétré les corps des victimes et leurs muqueuses (comme, dans la réalité, il pénétrait les matelas et les couvertures à désinfecter, qu'il fallait battre pendant une heure à l'air libre pour en chasser le gaz). L'équipe chargée de vider la "chambre à gaz" de ses 2000 cadavres aurait été asphyxiée à son tour. Il lui aurait fallu, sans même un masque à gaz, s'engouffrer dans un bain de vapeurs d'acide cyanhydrique et y manipuler des corps encore tout imprégnés des restes d'un gaz mortel. On me dit bien que Hoess ne se souciait pas de la santé des membres de cette équipe. Soit ! Mais comme ces hommes n'auraient pu faire leur travail, je ne vois pas qui aurait évacué la "chambre à gaz" pour laisser la place à de nouvelles fournées. Quant au "dispositif d'aération et de ventilation", je répète qu'il est celui des fours, ainsi que l'atteste le document N0-4473. D'ailleurs le Zyklon B est "difficile à ventiler" dans un vaste local et, de plus, il est explosible : on n'emploie pas d'acide cyanhydrique à proximité d'un four !

Quand Kremer et ses juges parlent de trois femmes fusillées à Auschwitz, ils ne disent rien d'invraisemblable. En revanche, quand le même Kremer dit à ses juges qu'il a assisté à un gazage mais de loin, assis dans sa voiture. je ne le crois plus. Il précise en effet que la réouverture de la "chambre à gaz" s'opérait "un moment" après la mort des victimes. (a) Il y a la une impossibilité matérielle flagrante sur laquelle je ne reviendrai pas. Et puis, je constate que, pour tenter de nous expliquer une "confession", celle de Kremer. on s'appuie sur une autre "confession", celle, comme par hasard de Hoess. Le point troublant est que ces deux confessions s'infirment plus qu'elles ne se confirment. Voyez de près la description à la fois des victimes, du cadre, des exécutants et du mode d'exécution.

On trouve plaisant que je réclame une expertise de ces "armes du crime" qu'auraient été les "chambres à gaz". On me fait remarquer qu'une chambre à gaz pourrait s'improviser en une minute dans un simple appartement. C'est une erreur. Une chambre à coucher ne peut devenir une chambre à gaz. Une asphyxie suicidaire ou accidentelle ne peut avoir de rapport avec une exécution par le gaz. Quand on veut tuer toute une foule de victimes avec un gaz quelconque et surtout avec de l'acide cyanhydrique, sans risquer moi­même d'être tué, de provoquer une explosion etc., il doit falloir mettre au point une machinerie extraordinairement compliquée. Il devient de plus en plus difficile de croire à l'existence de ces abattoirs humains qu'auraient été les "chambres à gaz". Tout récemment. les photos aériennes d'Auschwitz et de Birkenau (documents des Américains Dino A. Brugioni et Robert G. Poirier en 19 pages et 14 photos) pourraient bien avoir porté le coup de grâce à la légende de l'extermination. On possédait déjà d'assez nombreuses photos "terrestres" des "Krémas" d'Auschwitz et de Birkenau, sans compter les plans. La nature des bâtiments et leur emplacement semblaient exclure toute possibilité d'un usage criminel. Les photos aériennes [113] confirment cette impression. En 1944, même au plus fort de ce qu'ils appellent "la période de l'extermination", les Américains confessent leur surprise de ne pas voir ces fumées et ces flammes qui. dit­on, "jaillissaient continuellement des cheminées des crématoires et se voyaient à la distance de plusieurs milles". Cette remarque, ils la font à propos de la photo du 25 août 1944 - lendemain de l'arrivée de cinq convois "à exterminer" (b) -, mais il semble bien qu'elle s'applique aussi aux autres photos : celles du 4 avril, du 26 juin, du 26 juillet et du 13 septembre 1944. En 1976, l'historien révisionniste Arthur R Butz avait fait une remarque prémonitoire. (c) Il avait écrit que, vu les recherches industrielles avancées que les Allemands menaient dans le complexe d'Auschwitz, les Alliés possédaient certainement dans leurs archives des photos aériennes du camp. Il ajoutait que, si on ne s'empressait pas de nous révéler l'existence de ces photos, c'est que probablement celles­ci ne fournissaient pas de preuves à l'appui des accusations portées contre les Allemands.

Des historiens francais viennent de condamner sorboniquement ceux qui se permettent de mettre en doute l'existence des "chambres à gaz" homicides. Depuis quatre mois je ne peux plus donner de cours à mon université. La L.I.C.A. m'assigne en justice pour "falsification de l'histoire" et demande aux autorités de "suspendre (m)es enseignements (...) aussi longtemps que la justice n'aura pas statué". (d) Mais personne, à ce que je vois, n'ose affronter à armes totalement égales le débat que je propose. Ma proposition est pourtant simple à satisfaire. Toute accusation devant se prouver. je demande qu'on soumette à l'épreuve d'une analyse historique de routine une preuve, une seule preuve précise, de l'accusation portée contre l'Allemagne sur le chapitre des "chambres à gaz". Par exemple, parmi toutes les "chambres à gaz" qu'on fait visiter aux pèlerins et aux touristes, que les accusateurs m'en désignent une qui, à leurs yeux, aient vraiment servi à tuer des hommes à un moment quelconque.

En attendant, je remercie le nombre croissant de ceux qui, surtout parmi les jeunes, m'apportent leur soutien. Jean­Gabriel Cohn­Bendit écrit : "Battons­nous donc pour qu'on détruise ces chambres à gaz que l'on montre aux touristes dans les camps où l'on sait maintenant qu'il n'y en eut point." (e) Il a raison. Finissons­en avec la propagande de guerre. Les horreurs réelles suffisent. Il est inutile d'en rajouter.

La bataille quitte l'air libre pour retrouver les souterrains, après la clausule du Monde du 19 janvier : "Toute réplique le mettant en cause ouvrirait à son profit un nouveau droit de réponse." Les attaques et les controverses viseront dès lors un [114] ennemi anonyme, innommable, mais connu. On jugera si le procédé est équitable. Il en va de même dans le reste de la presse. (26)

En témoigne le conflit qui l'oppose à un journal lyonnais. Le principal intéressé en rend compte de la facon suivante (juillet 1979) :

Le 17, puis, à nouveau, le 18 novembre 1978, Robert Faurisson, maître de conférences à l'université Lyon 2 est vivement pris à partie par le journal le Progrès de Lyon. Il envoie une lettre au journal en "droit de réponse". Le journal refuse de publier sa lettre. R. Faurisson saisit la justice. Le jugement est rendu le 27 juin 1979 par le tribunal de police de Lyon. Le juge (unique) est Mme Baluze­Frachet. R. Faurisson est débouté. Dans son numéro du 30 juin 1979, le journal résume ainsi l'affaire : "Le tribunal a débouté M. Faurisson considérant que sa lettre au Progrès "contenait des affirmations contraires aux bonnes moeurs et à l'ordre moral"." Ce résumé est exact. Le professeur est accusé de porter atteinte aux bonnes moeurs, c'est­à­dire à "l'ensemble des règles morales auxquelles la société ne permet pas qu'il soit dérogé". Il porte aussi atteinte à "l'ordre moral", qui n'est pas à confondre avec "l'ordre public". Il faut sans doute remonter au temps du second Empire et à la législation en vigueur vers 1850 en France pour trouver mention de cet "ordre moral". Les poursuites entamées contre Baudelaire et Flaubert ont dû l'être plus ou moins au nom de cet ordre­là. Au début de la IIIe République, les nostalgiques de la monarchie donnèrent le nom d'"ordre moral" à la politique conservatrice définie par le duc de Broglie le 26 mai 1873 et qui devait préparer la restauration de la monarchie. Appuyée sur l'Église, elle entraîna des mesures antirépublicaines (destitution de fonctionnaires républicains, etc.). Cette politique fut celle du maréchal de Mac Mahon. Bref, "ordre moral" ne désigne plus, depuis longtemps, qu'une politique totalement réactionnaire ou rétrograde. On ne se vante plus guère d'être un défenseur de l'"ordre" et encore moins de "l'ordre moral". Mme Baluze­Frachet reproche au professeur les deux phrases suivantes :

1.­ "(...) quatorze ans de réflexion et quatre ans d'une enquête minutieuse (...) m'ont conduit à déclarer le 29 janvier 1978 aux participants d'un colloque d'historiens qui s'est tenu à Lyon que les massacres en prétendues "chambres à gaz" sont un mensonge historique."

2.­ "(...) La question est de savoir s'il est vrai ou s'il est faux que les "chambres à gaz" hitlériennes ont existé réellement."

Mme le Juge déclare : "Ces dires sont contraires aux bonnes moeurs". Elle ajoute : &laqno;... il est constant que des millions de personnes, plus particulièrement juives, sont mortes dans les camps concentrationnaires [115] nazis, victimes de différentes "machines à tuer", dont les chambres à gaz". Mme le Juge poursuit : "Les chambres à gaz ont existé et (...) le simple fait de vouloir faire insérer dans un quotidien un article dont l'auteur se pose la question de leur existence porte atteinte aux bonnes moeurs."

Mme le Juge va encore beaucoup plus loin. Elle reproche au professeur d'avoir porté atteinte à "l'honneur des membres du gouvernement, et principalement à son chef". Ce chef est M. Raymond Barre, dont le fief électoral se situe à Lyon.

Qu'a fait Robert Faurisson pour porter atteinte à l'honneur d'aussi estimables personnes ?

La réponse est donnée par Mme le Juge. R. Faurisson, à qui ses collègues historiens se permettaient de faire la morale, leur rappelait deux choses :

a) Ils avaient, de leur propre aveu, obtenu de la presse locale et, en particulier, du Progrès de Lyon, qu'on fasse silence sur les déclarations de R. Faurisson au colloque de Lyon de janvier 1978 ;

b) Ils savaient tous parfaitement que le Comité d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale (de MM. Henri Michel et Claude Lévy), comité directement rattaché au Premier ministre, chef du gouvernement, cachait depuis cinq ans le nombre véritable des véritables déportés de France.

R. Faurisson avait donc écrit à la meute de ses détracteurs et donneurs de lecons de morale : "Je traite de lâches ceux qui affectent d'ignorer cette pure et simple rétention de documents." Il avait ajouté à l'adresse du journal qui joignait sa voix à celles des détracteurs (et qui, depuis 35 ans, entretenait ses lecteurs d'une histoire mythique de la dernière guerre) le reproche suivant : "Je vous reproche un silence et une collusion avec toutes sortes de pouvoirs officiels ou officieux depuis 35 ans."

R Faurisson avait aussi rappelé que le comité fonctionnait avec l'argent du contribuable et que si ce Comité cachait les résultats de son enquête de vingt ans, c'était, du propre aveu de M. Henri Michel, pour "éviter des heurts possibles avec certaines associations de déportés" (Bulletin - confidentiel - n° 209) et parce que la publication de ces résultats "risquerait de susciter des réflexions désobligeantes pour les déportés" (Bulletin n° 212, avril 1974). A aucun moment, R. Faurisson ne parlait de "membres du gouvernement" (au pluriel). Il écrivait seulement : "Ce comité officiel est directement rattaché au Premier ministre." Cette précision figure constamment et en gros caractères sur les publications du comité en question.

Mme le Juge, pour terminer, stigmatise, d'une facon générale, dans la lettre du professeur, ce qu'elle appelle "les passages contraires à l'ordre moral" : ces passages qu'elle a cités et commentés.

 

NOTES

19 16 novembre 1978.

20 Libération. 17 novembre 1978.Il termine son papier par une belle hypocrisie flicarde : "N'y aura­t­il que les étudiants habituels du cours de littérature francaise du vingtième siècle pour écouter lundi M. Faurisson à la faculté du quai Claude­Bernard, en salle 12, à 14 heures ?" Bravo, Libé. Remarque identique pour le Quotidien du peup/e, 18 ­ 20 novembre 1978.

21 Parlant de l'ouvrage de A. R. Butz, The Hoax of the XXth Century, C. Régent ajoute qu'il a été traduit en français par François Duprat, un dirigeant d'extrème­droite, récemment assassiné. Pure invention. L'ouvrage n'est pas traduit.

22 Jugemenl du tribunal de grande instan (1ère chambre, 1ère section), 2 mai 1979.

23 Comme le remarque M. René Frank, président du comité des enseignants amis d'Israël, &laqno; face aux scientistes néo­nazis, on ne peut parler du nazisme en improvisant » (Le Figaro, 18 mai 1979).

24 Le Monde, 29 décembre 1978.

(a) L'expression est d'Olga Wormser­Migot (le Système concentrationnaire nazi, thèse P.U.F., 1968).

(b )Keine Vergasung in Dachau, par le Dr Martin Broszat, directeur de l'Institut d'Histoire contemporaine de Munich (Die Zeit, 19 août 1960, p. 16).

(c) D'une part, photos du musée d'Auschwitz (nég. 519 et 6228) ; d'autre part, documents de Nuremberg &laqno;NI­9098 et NI­9912).

(d ) C.l.C.­R., Documents sur l'activité du Comité international de la Croix­Rouge en faveur des civils détenus dans les camps de concentration en Allemagne (1939­1945), deuxième édition, Genève, juin 1946, série II, n° 1, reproduisant partiellement (j'ai copie du texte intégral confidentiel) le document n° 9925 : Visite au commandant du camp d'Auschwitz d'un délégué du C.l.C.R (septembre 1944), p. 91 et 92. Une phrase capitale de ce document a été habilement amputée de trois mots dans le livre de Marc Hillel, Les Archives de l'espoir Fayard 1977, p. 257, et la phrase la plus importante ("Les détenus eux­mêmes n'en ont pas parlé") a été sautée.

(e) Parmi la vingtaine d'auteurs qui nient l'existence des &laqno; chambres à gaz », citons Paul Rassinier, ancien déporté (le Véritable Procès Eichmann, Les Sept Couleurs, 1962, distribué par M. Bardèche, 5, rue Rataud, Paris 5e) et, surtout l'Américain A. R. Butz pour son remarquable livre sur The Hoax of the XXth Century (L'imposture du siècle), 1976, distribué par Historical Review Press 23 Ellerker Gardens, Richmond, Surrey, TWIO 6AA (G.­B.)

(a) Auschwitz vu par les SS., éd. du musée d'Oswiecim, 1974, p. 238, n. 85.

(b) Un terrain de football "se trouvait contre les crématoires de Birkenau" (Thadeus Borowski, d'après H. Langbein, Hommes et femmes à Auschwitz, Fayard, 1975, p. 129).

(c) La réglementation francaise concernant l'emploi de l'acide cyanhydrique est aussi draconienne que l'allemande : voir décret 50­1290 du 18 octobre 1950, ministère de la Santé publique.

(d) Kommandant in Auschwitz, Deutsche Verlagsanstalt, Stuttgart, 1958, p. 126 et 166.

(e) Justiz und NS­Verbrechen, University Press Amsterdam, t. XIII (1975), p. 134 et 135.

(f) La crédulité générale se contente de peu : qu'on nous montre une porte munie d'un oeilleton et de verrous à bascule (système espagnolette) et nous voilà devant... une "chambre à gaz" !

25 Cf Le Monde, 29 mars 1979

(a) Justiz und NS­Verbrechen, University Press Amsterdam, t. XIII (1975), p. 20

(b) Hefte von Auschwitz , n° 8 (1964), p. 60­61.

(c) The Hoax of the 20th Century, p. 150.

(d) Le Droit de vivre, mars 1979, p. 9.

(e) Libération, 5 mars 1979. p. 4.

26 Voir, par exemple, cet encadré du Progrès de Lyon (17 novembre 1978) titré "Un nom ?" "Nous connaissons, bien sûr, le nom du personnage mis en cause par le groupe des députés reunis à l'Assemblée nationale. Si nous ne l'avons pas livré jusqu'ici à nos lecteurs, c'est que nous nous refusions à offrir, sous le couvert de l'information, une publicité gratuite aux attardés du racisme et de l'antisémitisme." Je trouve ce "sous­couvert" particulièrement délectable.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Ceci est un chapitre de Vérité historique ou vérité politique, de Serge Thion, publié en avril 1980 ­ dix ans avant la loi Fabius-Gayssot ­ par les éditions de la Vieille Taupe. Sa reproduction est libre à des fins de recherche et d'éducation. Le copyright commercial appartient à la Vieille Taupe, où le livre est encore disponible. (BP 98, 75224 Paris cedex 05).


Ce texte a été affiché sur Internet à des fins purement éducatives, pour encourager la recherche, sur une base non-commerciale et pour une utilisation mesurée par le Secrétariat international de l'Association des Anciens Amateurs de Récits de Guerre et d'Holocauste (AAARGH). L'adresse électronique du Secrétariat est <aaarghinternational@hotmail.com>. L'adresse postale est: PO Box 81475, Chicago, IL 60681-0475, USA.

Afficher un texte sur le Web équivaut à mettre un document sur le rayonnage d'une bibliothèque publique. Cela nous coûte un peu d'argent et de travail. Nous pensons que c'est le lecteur volontaire qui en profite et nous le supposons capable de penser par lui-même. Un lecteur qui va chercher un document sur le Web le fait toujours à ses risques et périls. Quant à l'auteur, il n'y a pas lieu de supposer qu'il partage la responsabilité des autres textes consultables sur ce site. En raison des lois qui instituent une censure spécifique dans certains pays (Allemagne, France, Israël, Suisse, Canada, et d'autres), nous ne demandons pas l'agrément des auteurs qui y vivent car ils ne sont pas libres de consentir.

Nous nous plaçons sous la protection de l'article 19 de la Déclaration des Droits de l'homme, qui stipule:
ARTICLE 19 <Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit>
Déclaration internationale des droits de l'homme, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU à Paris, le 10 décembre 1948.


aaarghinternational@hotmail.com

| Accueil général | Accueil histoire et révisionnisme |