AAARGH

| Accueil général | Accueil français |

***********


Actualités de novembre 2000



GUERRE

Nous ne sommes pas sanguinaires. C'est pourquoi nous éprouvons un certain chagrin quand nous voyons commencer une guerre, une guerre entièrement nouvelle dans cette Palestine meurtrie par 52 ans de féroce occupation sioniste: c'est la première guerre entre Isarël et la Palestine. Les autres guerres ont été des guerres avec les Etats arabes. Ils ne sont plus dans le coup, ils sont à la niche. Il reste la tension extraordinaire de la volonté de tout un peuple de se libérer du joug écrasant et de rejeter les oppresseurs à la mer.

Il y a exactement 600 ans, Saladin reprenait Jérusalem, après un siècle d'emprise des croisés. On a fêté cet anniversaire sur les bords du Tigre. Où seront les Israéliens dans six cents ans? Quelques grains de poussière, soulevés par les vents du désert, permettront-ils de discerner les ruines presque'effacées de cette misérable entreprise?

Les dépossédés

La presse française manifeste un odieux mépris pour le point de vue palestinien. Nous allons donc voir ailleurs ce qu'on y dit et en Russie, comme en Angleterre, nous avons trouvé des textes intéressants. Le texte russe vient de l'hebdomadaire Zavtra (Demain), communiste; c'est une métaphore douloureuse sur la Palestine et la Russie; le texte anglais vient de The Observer, édition dominicale du Guardian, journal de gauche; c'est une analyse politique sans sentiments [version française; version anglaise]. Nous les avons traduits. Une bouffée d'air pur... Leurs points de vue sont différents dans les détails, communs à la source: pour le Russe, Arafat est un guide contre la mondialisation, pour l'Anglais, il n'est que le repoussoir hérité d'une "civilisation médiévale" [sic] mais pour les deux, son combat est incontestablement juste et c'est lui qu'il importe aujourd'hui de soutenir. Nous avons aussi un article didactique fort utile de S. Thion, qui rappelle la "vérité historique" sur la Palestine.



RATONNADES


A Tel-Aviv, deux mille juifs ont attaqué un restaurant où dînaient des Arabes qu'ils ont essayé ensuite de brûler vifs... Evidemment, ça ne se compare pas en horreur à des débuts d'incendies dans des synagogues juives... et encore moins à vous savez quoi, là, y'a cinquante-cinq ans. Mais les pauvres juifs, nous dit l'auteur, on doit leur pardonner: figurez-vous qu'ils ont peur des Arabes qui lancent des pierres sur leurs chars et leurs mitrailleuses.

Wednesday October 11 2000

Mob drives Arabs from Tel Aviv restaurant
 
from Sam Kiley in Hatikva, Tel Aviv


Shortly after the end of Yom Kippur, the Jewish Day of Atonement, on Monday night the roar of a crowd echoed down Etsel Street as a mob of about 2,000 Jews wanted blood -- Arab blood.
They stormed into the Yehuva Avazi, one of Israel's most famous restaurants, dragged out the clients, locked in the ethnic Arab Israelis who worked there and tried to burn them alive. As rocks crashed through the windows and the waiters cowered, watching the flames lick up the curtains, the framed photographs of Simon Le Bon, the pop star, as well as Yitzhak Rabin, Ehud Barak, the Prime Minister, and other celebrities smiled down from the walls.
Owned by a partnership of Jews, the Yehuda Avazi, a kosher restaurant employing Arab staff, was a place of pilgrimage for international food fanatics keen to try dishes such as udder and turkey testicles. Now it has become a symbol, and a victim, of Jewish paranoia. The 20 Arab workers escaped the blaze by hiding in a fume-filled back room, protected by the police.
Estelle Korim, who worked in a kebab shop across the street, said that all the ethnic Arabs who worked in the bustling street of shops and eateries, had fled. "I'm glad they have gone. I am afraid they want to kill us all and take over the country. They have all gone because if they stay, the Jews will kill them," she said.
For the past decade, led by the late Mr Rabin, Israelis have been inching timorously towards a feeling that peace by negotiation with the Arab world was, perhaps, possible.
Their textbooks have recently been changed to try to show that there is an alternative view to the few against the many perception of Israelis.However, two weeks into the al-Aqsa intifada, Israel's hopes of ending the culture of obsessisve self-defence lie smashed amid the broken glass at the Yehuda Avazi restaurant. And in the ashes of two Jewish banks, a Burger King and a Jewish clothes shop, which were destroyed by Israeli Arabs in Nazareth.
"I sometimes get the impression we are moving apart from each other, breaking up into ethnic and other groups who define themselves in terms of hostility or enmity to he who is different," Mr Barak said at a memorial ceremony in Jerusalem for the dead of the 1973 Yom Kippur war. Then, in a warning that had the chill of prophesy, he added: "This process is more dangerous to us than any enemy or any external war."
Most of the dead from two weeks of clashes between Palestinians and Israeli soldiers have been Palestinians. The next largest group, 11 dead, are ethnic Israeli Arabs. But the level of rage that has driven the Arabs of their country to hurl themselves at policemen armed with automatic weapons has terrified Israel's Jewish population, who now see the whole of the Arab world, including the one million Arabs who are Israeli citizens, as the enemy. Mordechai Gilat, the Israeli commentator, summed it up: "The mobs remind us of Bosnia and Kosovo."


La trouille est le début de la sagesse.

ATHMOSPHÈRE

Palestinian Television continued over the weekend to re-broadcast excerpts from a Friday sermon in the Zayed bin Sultan Aal Nahyan mosque in Gaza. Translation supplied by The Middle East Media Research Institute (MEMRI):
"The Jews are Jews, whether Labor or Likud... They do not have any moderates or any advocates of peace. They are all liars... O brother believers, the criminals, the terrorists are the Jews, who have butchered our children, orphaned them, widowed our women and desecrated our holy places and sacred sites. They are the terrorists. They are the ones who must be butchered and killed, as Allah the Almighty said: 'Fight them: Allah will torture them at your hands, and will humiliate them and will help you to overcome them, and will relieve the minds of the believers... The cost and the dowry of this bride, the dowry of this paradise, is that we fight in the path of Allah, and kill and be killed. Allah has purchased from the believers their persons and their property in return for the promise that they shall have paradise, for they fight in the cause of Allah, and they slay the enemy and are slain. This is a promise that He [Allah] has made incumbent upon Himself, as set out in the Torah, the Gospel, and the Koran! The Jews are the allies of the Christians, and the Christians are the allies of the Jews, despite the enmity that exists between them. The enmity between the Jews and the Christians is deep, but all of them are in agreement against the monotheists against those who say, 'There is no God but Allah and Muhammad is his messenger,' that is they are against you, O Muslims! Even if an agreement of Gaza is signed -- we shall not forget Haifa, and Acre, and the Galilee, and Jaffa, and the Triangle and the Negev, and the rest of our cities and villages. It is only a matter of time... Have no mercy on the Jews, no matter where they are, in any country. Fight them, wherever you are. Wherever you meet them, kill them. Wherever you are, kill those Jews and those Americans who are like them!"


Tout un programme...
Arutz 7, 15 octobre 2000.

IMAGES
Voici les adresses où l'on peut trouver des photos de quelques récents crimes commis contre les Palestiniens par les Israéliens:

Meurtre de Rami Al-Dura, 12 ans, à Gaza.

Une vidéo de l'assassinat de cet enfant a été tournée par une équipe de France 2, qui en a ensuite fait cadeau à toutes les chaînes de télévision du monde, manifestant ainsi une indépendance vis-à-vis d'Israël rarissime dans la presse française.
La webcam du mur des lamentations.
La télé allemande ZDFa commencé à passer un nouveau documentaire en six épisodes appelé, avec originalité, Holokaust. Elle a une webpage sur le sujet. On trouve, parmi les "conseillers scientifiques" les vieilles fripouilles qui exploitent leur petit business: Christopher Browning, Yehuda Bauer, Ian Kershaw, Eberhard Jaeckel et quelques autres. Voir aussi http://www.holokaust.de/zukunft/.

Le pithécanthrope cinématographique, Claude Lanzmann, qui s'était enfui d'un colloque de Londres cet été à cause de la présence de Finkelstein, se faufile au Canada pour vendre son dernier film, dans une grande manif judéocentriste à Toronto, avec la belle Deborah Lipstadt, à la 20e semaine d'Education de l'Holocauste, tenue du 28 octobre au 9 novembre. Voir <www.jewishtoronto.net> On se demande ce que donnerait le croisement prodigieux du quadrumane et de la pauvre Debbie avec sa mâchoire d'acier. Nous prenons les paris: L'obsédé Lanzmann réussira-t-il à se faire la Lipstatd?

Nous avons récupéré une liste de LIENS sur le ou les génocides.

IL A RI CLINTON

Elle n'est pas révisionniste. Elle veut que les subsides soient données à l'Autorité palestinienne si elle acccepte de censurer ses manuels scolaire more judaico.

Hillary Clinton: Link PA aid to end to antisemitism


By Marilyn Henry
NEW YORK (September 26) - Hillary Rodham Clinton said yesterday that American aid to the Palestinian Authority should be contingent on eradicating antisemitism and inflammatory language from Palestinian textbooks, which "have been deliberately infused with incendiary ideas and images" that deny the legitimacy of Israel", she said in an address at Hunter College, where she also received the endorsement of Nobel laureate Elie Wiesel.
The Jerusalem Post, September 26, 2000

Elle déblatère au Hunter Collège, à Manhattan: c'est là où enseigne Finkelstein. Et elle se fait peloter dans le dos par Elie Wiesel, que Finkelstein traite de profiteur et de pantin. Quel pataquès!

http://www.jpost.com/Editions/2000/09/26/News/News.12861.html


MAHOUSSE POGNON

Israel garnered slightly more than one billion dollars in venture capital during 1999, ranking it the tenth in the world for investment. Business correspondent Seth Vogelman reports that some 80% of the investments in Israel originated from outside the country, predominantly from institutional investors. Israel ranked sixth in investment growth over the past five years, with an increase of 54%.
[Israël a réuni plus d'un milliard de dollars en investissements en 1999, ce qui lui donne le dixième rang mondial pour les investissements. Notre correspondant spécialisé Seth Vogelman rapporte que 80% environ des investissements en Israël viennent de l'étranger, et principalement d'institutions. Israël occupe le sixième rang mondial pour la croissance des investissements durant les cinq dernières années, avec un taux global de 54% d'augmentation.]

Cela veut dire qu'Israël est soutenu à bout de bras par des "investisseurs institutionnels". Lesquels? Ceux qui veulent élire la mère Clinton?


SIMPLET

Le film d'Errol Morris, Mr Death, the Rise and Fall of Fred Leuchter, Jr, est arrivé à Paris. Il est projeté dans un seul cinéma, le Reflet Médicis, rue Champollion. Pour les happy few. (Attention typo: pas d'erreur ici!!)
Ce film n'est qu'à moitié honnête. Beaucoup de spectateurs, même parmi les plus avertis ne saisissent pas comment est dosé le mélange d'images authentiques de Leuchter effectuant ses prélèvements dans les Leichenkeller d'Auschwitz I et II, et les images de comédiens, tournées dans les mêmes lieux par Morris. Il s'est même vanté dans des interviews en Amérique d'avoir eu de si bons rapports avec Leuchter que celui-ci lui a prêté la casquette et la casaque qu'il portait lors de ce voyage à Auschwitz, qu'il a fait endosser à ses comédiens qui "jouent "Leuchter. Tout ça est dans la confusion. Et il n'insiste pas sur le fait que, s'il a des images de Leuchter à Auschwitz, c'est parce que Zündel les lui a vendues. Ce film est dans, dans une très grande mesure, une collaboration entre Morris, Leuchter et Zündel, ou si l'on veut généraliser un peu, un travail judéo-révisionniste. Les adversaires du révisionnisme en sont contents, parce qu'ils trouvent dans ce film les réfutations auxquelles ils croient comme les âmes simples croient à Sainte Rita, et les partisans du révisionnisme, qui rigolent énormément quand surgissent les réfuteurs et les persécutrices, trouvent que les arguments révisionnistes sont exposés en gros, et de façon à peu près compréhensible, malgré le magma du montage.
Dans le contexte de répression générale, ce film est incontestablement un exposé de l'objection révisioniste à la théorie de la chambre à gaz industrielle d'Auschwitz. Le point de vue révisionniste se situe donc au centre de ce qu'il faut bien appeler une controverse. Le célèbre veto de Vidal-Caquet est complètement fissuré. Le plus étonnant, peut-être, c'est qu'après toutes les tribulations que les ignobles salopards, du genre de ces femmes qu'on voit à l'écran, ont fait subir à Leuchter, ruiné, divorcé, chassé de son coin, dépouillé de ses relations professionnelles, Leuchter garde intactes les convictions qu'il a acquises dans son travail d'expert, son point de vue d'ingénieur, de technicien des entreprises d'exécution: il réaffirme que les chambres à gaz de la vulgate n'auraient jamais pu fonctionner.
En face, on trouve principalement deux "experts". Passons rapidement sur le chef du laboratoire qui a analysé les échantillons rapportés par Leuchter: il affirme une imbécilité totale: s'il y avait eu des trace de Zyklon B, elle n'auraient pas dépassé l'épaisseur d'un micron et il aurait fallu les chercher en surface, donc les échantillons n'étaient pas appropriés. Ce type n'y connaît rien: il ne sait pas que dans les chambres de désinfection, les composés cyanhydriques ont perfusé et traversé les murs en brique. Si ce James Roth a un diplôme de chimie, il serait temps de le lui retirer.

L'autre "expert" est beaucoup plus hilarant: c'est le non-architecte hollandais qui a témoigné au procès Irving, le rondouillard van Pelt. Il nous explique que les chambres sont le "saint des saints" et que Leuchter n'avait pas le droit de violer le saint des saints. Cette andouille qui a un vague diplôme de "civilisation" ignore sans doute que dans le Temple, à Jérusalem, le saint des saints était une niche vide, fermée par une tenture, et dans laquelle le Grand Prêtre ne s'aventurait qu'une fois pas an. Pour ne pas avoir l'air con, il ne disait pas ce qu'il y avait vu, et pour cause. Van Pelt s'adresse donc ici, comme il doit le faire régulièrement, à des assemblée de juifs crédules, croyants, prêts à vénérer tout objet sacré qui aurait subi un stade d'holocaustication. C'est parce qu'ils prennent leur public pour des débiles mentaux que les arguments brandis par les anti-révisionnistes professionnels sont si faibles.

David Irving, qui apparaît brièvement, dit une chose très juste sur Leuchter: il dit que c'est un simpleton, un simplet. Leuchter se meut dans l'univers étroit des prisons, où travaillait son père. Auschwitz était une autre prison, et Leuchter sait beaucoup mieux ce qu'est une prison que ses détracteurs. Il croit qu'on doit d'abord réfléchir et dire ensuite ce qu'on pense: c'est ça être simplet. Il fait penser à ces personnages de films américains récents, Mr Chance ou Forrest Gump, qui paraissent prodigieux ou renversants parce qu'ils disent des choses simples et claires. Il n'a aucune ruse et ne soupçonne pas l'abîme de méchanceté perverse qu'il y a dans les gens comme Shelley Shapiro qui ont facilement pu le persécuter, d'autant plus facilement qu'ils étaient grassement rétribués par la famille Klarsfeld, qui n'apparaît jamais dans le film de Morris. On voit bien à ce détail qu'il n'est pas complètement honnête. Mais Morris a fait parler Leuchter, il lui a laissé la possibilité de s'exprimer et, dans le fond, l'honnêteté simplette est plus forte que la fourberie des Morris, Roth, Shapiro et autres judéomaniaques qui ne connaissent évidemment rien du tout aux problèmes soulevés par Leuchter, pourtant accusés par eux d'incompétence. Ils ne sont mus que par le désir impératif de s'associer aux juifs morts du fait des nazis pendant la guerre. Ils se les représentent par des moyens encore beaucoup plus fantastiques que la seule cinématographie. Ces nécrophiles se croient investis par les morts d'une mission consistant à persécuter les vivants qui ne leur lèchent pas les bottes. A côté de ces pervers, dont plusieurs en jupon, la fraîcheur de Leuchter est une fontaine de jouvence.

Et finalement, la question que l'on se pose à chaque instant pendant le film, naïve, élémentaire, ne reçoit pas de réponse: mais pourquoi diable, si les démonstrations et les prélèvements faits par Leuchter n'ont pas de sens, s'il est incompétent, pourquoi donc des gens compétents, des experts, n'ont-ils pas refait les analyses incriminées? Pourquoi diable n'applique-t-on pas à Auschwitz les méthodes de la police scientifique ou de l'archéologie? Si ce crime a eu lieu, comme n'importe quel autre, il a forcément laissé des traces... Ou alors, c'est ça l'unicité unique de la catastrophe juive, le crime horrible qui n'a laissé aucune trace?

On va sûrement nous refaire le coup des photos aériennes d'Auschwitz: ces photos ne montrant aucune activité criminelle ou simplement suspecte ont circulé comme étant une preuve de ces activités criminelles. C'est le coup du saint des saints: il n'y a rien dedans et c'est justement pour ça que c'est absolument sacré et donc vrai.

Donc les "zorganisations" de la "kommunauté" vont certainement faire circuler ce film. On a eu un avant-goût des préparatifs rhétoriques avec la séance qui s'est tenue au cinéma le lundi 23 octobre, sous le pontificat de Tarnéro, une sorte de vieille sangsue que nous traînons depuis 20 ans, et qui a négligé de dire à l'assemblée, qui le savait sans doute, qu'il a préparé un film anti-révisionniste appelé joliment "autopsie d'un mensonge", ce qui suppose -- c'est l'histoire de l'ours -- que le mensonge est mort.

On avait là une centaine de personnes, dont certaines appartiennent à "Mémoire 2000", un groupe fondé par Bernard Jouanneau, un avocat qui n'a jamais réussi à briser Faurisson, malgré les efforts titanesques qu'il a déployés au début de l'affaire. Il est est sorti laminé, la queue très basse, accablé de sa propre incompétence. Il est le principal rédacteur des quelques lignes qui forment la loi Gayssot. C'est donc, sous des dehors affables, un personnage qui exécute les libertés publique comme on épluche une carotte. Jouanneau a bien voulu reconnaître que Leuchter était victime d'une véritable persécution, mais ce sont des persécutions qui n'empêchent pas notre avocat de dormir. Tarnéro, lui, a fait de Leuchter la victime des révisionnistes qui se seraient odieusement servi de lui. Il y a une chose certaine, c'est que personne ne se servira de Tarnéro. D'autres se sont plaints que le film mettait sur le même pied le savoir (du genre Roth-van Pelt) et l'ignorance (genre Leuchter) parce que, disent ces expert qui n'y sont jamais allé, les archives de Moscou donnent les preuves. Ces pauvres nazes ignorent qu'aux archives de Moscou, on voit dix révisionnistes pour un qui ne l'est pas. Par exemple, ce mois -ci, c'est Jürgen Graf qui s'y trouve. Et puis ça a dégénéré: un aigri a dénoncé Bruno Mazure qui aurait dit que Sharon avait mis le feu aux poudres, ce qui prouve bien que les médias sont sous le contrôle des Palestiniens... Rideau.


Les amateurs et ceux qui veulent en savoir plus seront contents de sd'apprendre qu'il existe, dans le commerce, au moins cinq vidéos de Fred Leuchter produites par la "maison Zündel" (Samisdat, 206 Carlton Street, Toronto, ON, Canada M5A 2L1): Fred Leuchter: Blockade breaker (115 mn, 30 $US), Fred Leuchter and Ernst Zündel (54 mn, 30$), Leuchter in Poland (dont on a vu des extraits dans le film de Morris, 110 mn, 55$), Gas Chambers (dans la chambre à gaz du Mississippi, 29 mn, 20$), The Second Leuchter Report (à Dachau et Mauthausen, totalement passé sous silence par Morris, 59 mn, 30$), soit plus de six heures de Leuchter pour seulement 1250 F. Un véritable affaire à saisir d'urgence. Recommandé pour vos retraites à Auschwitz, vos journées porte ouverte de la Choa, vos bar-mitzvah et toutes les soirées de sabbat ou vous n'avez rien à foutre.

Voir les articles du Monde sur la sortie du film. Leurs auteurs, et l'auteur du film, d'ailleurs, d'après ce qu'il dit, n'ont, curieusement, pas vu la même chose que nous: ils croient que le film prouve que les révisionnistes sont des fous immoraux, débils, dont les arguments sont aisément renversés par l'argumentation du documentaire. Or nous n'y voyons, en onclusion, que l'absence incompréhensible de recherches archéologiques sur les camps, absence qui rend niaise toute prétention à la certitude sur ce qui s'y est passé, et amène inévitablement à se demander pourquoi cette recherche (ou enquête poli ière) n'a jamais été faite et pourquoi les Van Pelt ou Morris ne la prônent pas.


UN MODÈLE ENVIABLE

Il s'est formé au Cambodge une petite clique, mise en place avec les fonds du département d'Etat américain qui veut faire fructifier la mémoire, une excellent vache à lait, susceptible de nourrir quelques familles d'intellectuels nécessiteux.

Déjà le "musée du génocide" avait fait l'objet, dès les premiers mois qui ont suivi la chute des Khmers rouges en janvier 1979, d'un travail de remaniement qui avait été confié à des experts viêtnamiens, qui avaient déjà mis en place, à Saigon, après le départ inglorieux des Américains en 1975, divers "musées" de la Révolution, des "Crimes impérialistes" et autres galeries des horreurs. Ces "experts" avaient fait un séjour en Pologne, pour pouvoir s'inspirer d'Auschwitz, dont la scénographie avait été écrite dans les années 50 par d'autres experts chevronnés, soviétiques ceux-là.

Dans le lieu nommé Tuol Sleng, où avait officié la police politique khmère rouge, les experts des pays frères avaient inventé une superbe carte du pays réalisé avec des crânes humains. Pour ajouter un élément du plus bel effet, ils avaient, comme à Auschwitz, fabriqué une montagne de vêtements. Divers remaniements sont intervenus depuis et les Américains sont tout disposés à hériter de Tuol Sleng comme ils ont avalé Auschwitz et ses reconstructions staliniennes: on retrouve là un aspect de ce qui est si extraordinairement commun entre le capitalisme américain, et ses aspects collectivistes, et le développement d'un monde industriel "socialiste" moderne et populiste avec les mêmes loisirs de masse, parcs d'amusement, qui aboutissent, par une progression parallèle, à Disneyland et Auschwitz.

Le Khméro-Américain Youk Chhang travaille ainsi à transformer Tuol Sleng en un ensemble de représentations qui soit plus facilement consommable pour le touriste bovinement yankee et, pour ce faire, il a trouvé le modèle le plus récent de ces fantasmagories mémoriales, l'institut Yad Vashem, de nous bien connu. Il lui manque simplement 3 ou 4 millions de dollars. Mais l'oncle Sam subventionne grassement toutes sortes de "musées mémoriaux". Alors il n'y pas de raison de ne pas se servir à la louche.

Voir Khmer Rouge genocide museum wants to model itself on Yad Vashem, Tibor Krausz, 14 février 2000, The jerusalem report.com

LE COMPLOT DES INDUSTRIELS

Allez voir les réactions au livre de Finkelstein sur son site.

Nous en avons gardé quelques-unes qui valent leur pesant de hannetons. La suivante vaut d'être rapportée intégralement.


PROPOS INDUSTRIELS

Voici le texte dans lequel Hilberg confirme son soutien global aux positions défendues par Finkelstein sur la propagande autour de l'extermination des juifs pendant la seconde guerre mondiale.

 

Datum: 04.09.2000 Ressort: Feuilleton Autor: Eva Schweitzer

Rücksicht auf die Verbündeten

Ein Gespräch mit Raul Hilberg über Norman Finkelsteins Buch "The

Holocaust Industry"

Der amerikanische Politologe Raul Hilberg, Autor des dreibändigen Werks "Die Vernichtung der europäischen Juden", ist einer der bedeutendsten Köpfe der Holocaust-Forschung. Hilberg, der als Junge mit seinen Eltern aus Österreich flüchten musste, lebt heute in Vermont.
Herr Hilberg, Norman Finkelstein wirft den jüdischen Organisationen der USA, insbesondere der Jewish Claims Conference vor, sie erpressten Geld unter Berufung auf bedürftige Holocaust-Überlebende. Wird diese Kritik geteilt?
Finkelstein kritisiert die jüdischen Organisationen als Outsider. Es gibt aber auch konservative Juden, die sich gegen Entschädigungszahlungen wenden, und es wird auch kritisiert, dass das Geld nicht zuerst an Überlebende verteilt wird, wie etwa in "Commentary", der Zeitschrift des American Jewish Committee. In der neuesten Ausgabe nennt Gabriel Schoenfeld die heutige Lage der Reparationen einen "wachsenden Skandal". Aber Finkelstein selbst gilt in den USA als Unperson. Ja, denn es wird ihm vorgeworfen, dass er das Schicksal der Juden mit dem der Palästinenser, die von den Israelis vertrieben wurden, vergleicht -- das können die amerikanischen Juden nicht ertragen. Zum anderen hat Finkelstein -- zusammen mit Ruth Bettina Birn -- das Buch "A Nation on Trial" verfasst, das Daniel Goldhagens Buch "Hitlers Willing Executioners" kritisiert. Goldhagen ist sehr populär in den USA, obwohl er sich, wissenschaftlich gesehen, auf dem Stand von 1946 befindet. Aber Goldhagen hat einem unterdrückten Ärger der amerikanischen Juden Ausdruck verliehen, der sich heutzutage gegen alle möglichen Staaten und Organisationen in Europa richtet.
Aber die Situation der amerikanischen Juden heute ist doch mit der damaligen in Europa gar nicht zu vergleichen.
Das stimmt. Die Jewish Community in den USA ist die erfolgreichste und wohlhabendste der Welt. Es gab schon vor etwa zehn Jahren 18 amerikanische Milliardäre, die Juden waren und jetzt sind es weit mehr. Dazu gehört Edgar Bronfman, der Präsident des World Jewish Congress und einer der Hauptaktionäre des Seagram-Konzerns. Diese Leute könnten die Armut unter Holocaust-Überlebenden innerhalb einer Woche beseitigen.
Welche Bedeutung hat der Holocaust in den USA heute?
Es gibt in den USA viele Intellektuelle, die den Holocaust nutzen, um an Stellen in Museen oder Universitäten zu kommen. Es gab schon vor Jahrzehnten eine "German Studies Association", eine Vereinigung amerikanischer Forscher, die sich mit der deutschen Kultur beschäftigte. Aber die Studenten interessierten sich nicht für Nachkriegsdeutschland. Erst als der Holocaust als Studienobjekt entdeckt wurde -- und das ist erst 15, 20 Jahre her --, blühte diese Association auf. Heute gibt es Hunderte von Holocaust-Kursen in den USA. Und wenn diese Forscher einen Lehrauftrag erhalten oder ein Buch verkaufen wollen, dann geht das am besten, wenn es um den Holocaust geht.
Auch bei der Kampagne gegen die Schweizer Banken ginge es darum, Geld in US-Kassen zu schaufeln, meint Finkelstein.
Das Vorgehen des World Jewish Congress gegen die Schweiz war eigentlich ein Zusammenprall der amerikanischen Kultur mit der europäischen. Diese Class-Action-Suits, die Sammelklagen, mit denen der Schweiz gedroht wurde, gibt es in Europa nicht. Aber in den USA sind sie gang und gäbe, beispielsweise gegen die Zigarettenindustrie. Der World Jewish Congress und die Anwälte haben den Schweizer Bankern gesagt: Ihr könnt keine Geschäfte mehr in den USA machen, wenn ihr nicht 20 Milliarden Dollar zahlt. In den USA weiß man, dass das nur eine Einstiegsdrohung ist, aber die Schweizer waren geschockt.
Aber es gab doch tatsächlich Gelder auf eingefrorenen Konten, die Holocaust-Opfern gehört haben?
Aber keine 20 Milliarden Dollar. Die Juden in den 30er-Jahren waren arm. Unsere Familie gehörte zur Mittelschicht, aber wir hatten noch nicht einmal ein Konto in Österreich, geschweige denn eines in der Schweiz. Auf den meisten herrenlosen Konten lagerten höchstens einige tausend Franken. Denn die wirklich wohlhabenden Juden konnten sich entweder ins Ausland retten oder ihre Erben haben die Gelder schon lange reklamiert.
Zu welchen Ergebnissen ist denn die so genannte Volcker-Kommission gekommen, die zur Klärung eingesetzt wurde? Der Wert der Konten in heutiger Kaufkraft liegt weit unter 1,25 Milliarden Dollar, die die Banken zahlen. Dabei hat allein die Untersuchung mindestens 250 Millionen Dollar gekostet -- da haben Buchhalter und Anwälte sehr viel verdient. Aber nachdem der Bericht der Volcker-Kommission veröffentlicht war, wäre es den Schweizern peinlich gewesen zu sagen, sie hätten zu viel bezahlt. Aber der Hauptvorwurf von Finkelstein ist, das Geld sei bis heute nicht an die Kontoinhaber ausgezahlt worden, nicht einmal der Notfallfonds von 200 Millionen Dollar. Es dauert eben lange, bis der Richter einen Beschluss über die Verteilung der Gelder fassen kann. Das Geld soll zum einen an die Kontoinhaber beziehungsweise deren Erben gehen, ein weiterer Teil an Zwangsarbeiter, die bei Firmen beschäftigt waren, die Konten in der Schweiz hatten, und der vierte Teil an Flüchtlinge, die an der Grenze zurückgewiesen wurden.
Warum gab es kein solches Vorgehen gegen amerikanische Banken, wo ebenfalls Gelder von Holocaust-Opfern lagern?
Das fängt jetzt erst an. Auch gegen israelische Banken wird geklagt. Aber in der Summe liegt dort vermutlich genauso wenig Geld wie bei den Schweizer Banken.
Warum werden diese Forderungen -- auch die nach Zwangsarbeiter-Entschädigung -- erst so spät gestellt?
Während des Kalten Krieges mussten die USA Rücksicht auf ihre Verbündeten nehmen. Deshalb wird etwa auch bis heute nicht die Frage aufgeworfen, wieweit die Türkei mit den Nazis kollaboriert hat, weil das wichtige Alliierte der USA und Israels sind. Aber in Europa können die jüdischen Organisationen jetzt Geld einsammeln, ohne die Sicherheit der USA zu gefährden. Was ich interessant finde, ist, warum der World Jewish Congress bisher kaum Druck auf Österreich macht, obwohl führende Nazis und SS-Leute Österreicher waren, bis hin zu Hitler.
Und warum denn nicht?
Unmittelbar nach dem Krieg wollten die USA, dass die Russen aus Österreich abzogen und die Russen wollten Österreich neutral halten, daher gab es ein gemeinsames Interesse, Österreich den Opferstatus zuzuerkennen. Und später konnte sich Österreich damit herausreden, dass es arm sei - dabei ist das Pro-Kopf-Einkommen dort genauso hoch wie in Deutschland. Aber vor allem funktioniert deren PR-Maschine besser. Österreich hat den Opernball, die Hofburg, Mozartkugeln, das mögen Amerikaner. Und sie investieren und verkaufen verhältnismäßig wenig in den USA und sind daher nicht erpressbar. Inzwischen gibt es in Österreich eine Kommission, die den Verbleib jüdischen Vermögens untersuchen soll. Viktor Klima, der frühere Kanzler, hat mich gebeten, der beizutreten. Mein Vater hat im Ersten Weltkrieg in der österreichischen Armee gekämpft und wurde 1939 aus Österreich hinausgeworfen. Nach dem Krieg wurde ihm eine Entschädigung von zehn Dollar im Monat angeboten. Deshalb habe ich dem Klima gesagt, nein danke, davon würde mir übel.
Sie haben einmal gesagt, in der Holocaust-Debatte gibt es keine Qualitätskontrolle.
Das stimmt, insbesondere an mehreren der US-Elite-Universitäten. Nur so konnte Goldhagen einen Doktor in politischer Wissenschaft in Harvard machen, obwohl es niemanden in diesem Fachbereich gab, der seine Arbeit hatte überprüfen können.

Das Gespräch führte Eva Schweitzer.
Berliner Zeitung, 4 septembre 2000.


FUSILS À GAZ

Michael Honey avait 14 ans à la fin d'Auschwitz, il était Laufer (courrier) à l'hôpital et a survécu. C'est un des rares critiques de Vrba, à part nous. Il a publié divers appréciations acides de la validité et de l'honnêteté de Vrba. Dans un envoi récent à la liste H-HOL, on trouve le passage suivant:

(From: Michael Honey <100421.142@compuserve.com>)

"After the 8th March, 1944 gassing of the Sept. transport people it was assumed by us the December transport that we would suffer the same fate 6 months after our arrival in Auschwitz. But after the six months on 20th June 1944 a car came to fetch both Miriam Edelstein, and her son Arye together with her mother Mrs Jetti Olliner. They were told that they were to be reunited with Edelstein, instead they were taken to the cellar of crematorium 3. There was a Hinrichtungsraum (Slaughter Room) there and it is there that they met Jakob Edelstein. It is said that Miriam her mother and Arye were shot first in front of Edelstein and then he too was executed. (p.442 Ruth Bondy, Elder of the Jews-Jakob Edelstein of Theresienstadt also Ota Kraus/Erich Schön p.161/162 Tovarna na Smrt (Death Factory) Czech edition, 1946)." (Posté le 1er octobre 2000)

Edelstein était un dirigeant juif de Theresiendtatd. Mais le point intéressant est la mention d'une "chambre d'exécution" (Hinrichtungsraum) dans les "caves" (en all.: Keller) du kréma III, c'est-à-dire précisément l'endroit où était censé exister une chambre à gaz. Or là, d'après lui, on fusillait.



LA DD DE PPDA

(La Dernière Déjection du Pol Pot d'Aubervilliers)

Après Garaudy, un chercheur au CNRS, soutien de Faurisson en 1981, accueilli par l'Harmattan

Paris, mercredi 4 octobre 2000
En juin dernier, les éditions l'Harmattan publiaient un ouvrage XXIe siècle, suicide planétaire ou résurrection, en "oubliant" de porter le nom de son auteur principal sur la couverture (voir notre édition du 18.09.2000). Il s'agissait de Roger Garaudy dont la Cour de Cassation vient, le 12 septembre 2000, de confirmer la condamnation pour contestation de crimes contre l'humanité et provocation à la haine raciale après la parution de son précédent livre (orné de son nom en page de couverture) chez les activistes négationnistes de La Vieille Taupe.
Au printemps dernier, de manière toute aussi discrète, les éditions de l'Harmattan inscrivaient à leur catalogue un autre ouvrage sur le troisième millénaire, Postcommunisme fin de siècle, essai sur l'Europe du XXIe siècle dans leur collection Aujourd'hui l'Europe. L'auteur, Claude Karnoouh, n'est pas un inconnu pour qui s'intéresse à l'offensive menée depuis plus de vingt ans par les négateurs de l'histoire. Il fut même, au début des années 80, au premier rang de ceux qui permirent à Robert Faurisson de forcer la porte des médias en mettant leur réputation, leurs titres, au service du discours antisémite.
Le 17 décembre 1980, Robert Faurisson déclarait au micro d'Europe 1: "Le génocide des juifs, un mensonge! Les chambres à gaz, une escroquerie politico-financière", ce qui lui valait d'être traîné en justice par le Mrap, la Licra et l'Amicale des déportés d'Auschwitz et des camps de Silésie. Le 25 juin 1981, c'est avec stupeur que le public présent dans la salle d'audience de la dix-septième chambre correctionnelle entendit Claude Karnoouh, témoin de Robert Faurisson décliner son titre de chercheur au CNRS et déclarer: "Je crois qu'effectivement les chambres à gaz n'ont pas existé; un certain nombre de vérités de l'histoire officielle ont fini par être révisées. Je ne connais que les pays totalitaires où on dise qu'une vérité historique est éternelle".
Par la suite, Claude Karnoouh signera
Intolérable Intolérance à la Vieille Taupe en collaboration avec l'avocat d'extrême-droite Eric Delcroix, candidat du Front National aux législatives et défenseur régulier des négationnistes français. On retrouvera régulièrement sa signature dans Krisis, la revue de la Nouvelle-Droite d'Alain de Benoist, et il donnera une copieuse interview à Charles Champetier pour le numéro 83 d'octobre 1995 du mensuel néo-fasciste Éléments.
Robert Faurisson ne manquera pas de souligner, dans le numéro 7 des Annales d'histoire révisionniste, ce qu'il doit à des gens comme Claude Karnoouh, Serge Thion, Gabor Tamas Rittersporn (tous trois chercheurs au CNRS), sans lesquels il aurait été, selon ses propres termes, "écrasé".
A quand une collection "Vieille Taupe" à l'Harmattan?


Réactions des auteurs de l'Harmattan (ça fait du monde!),

DÉGOÛTS DES GOÜTS D'ÉGOÛTS

LETTRE OUVERTE AUX EDITIONS L'HARMATTAN
au sujet des mises en cause de Didier Daenincks


A Monsieur le Directeur des éditions L'Harmattan
A Mesdames et Messieurs les directrices et directeurs de collection
Participant depuis le début de leur existence aux soirées poétiques organisées par la Collection Poètes des Cinq Continents et le CICEP dans les locaux des éditions de l'Harmattan, je dois vous dire ma stupéfaction, ma colère et mon dégoût devant les attaques odieuses des éditions l'Harmattan et de Geneviève Clancy dans un article intitulé "Sciences inhumaines à l'Harmattan" publié le 18 septembre 2000 sur le site www.amnistia.net sous la signature de Didier Daenincks. [Voir plus haut]
Ces accusations porteraient à sourire si les torrents de boue déversés dans son appel à "l'épuration" des éditions l'Harmattan pouvaient ne pas laisser de trace. Nous savons hélas que la calomnie ne s'évapore pas comme la rosée au premier rayon de soleil.
Un mauvais procès`
Sur quoi sont fondées les accusations de Didier Daenincks, auto-érigé en procureur de la Sainte Inquisition antifasciste, antipétainiste, antirévisionniste et anti-antisémite? Uniquement sur des procédés douteux. Qu'on en juge:
Concernant les édition l'Harmattan
1. Les éditions l'Harmattan publient un livre sur L'Islam en Occident de Roger Garaudy.
[L'auteur se trompe. Le livre auquel il fait allusion ensuite s'appelle Les Mythes fondateurs de la politique israélienne. Il n'a pas été publié par l'Harmattan. NdR]
2. Or celui-ci a été condamné en première instance pour "contestation de crime contre l'humanité." C'est exact mais le fait que la procédure ne soit pas terminée -- le procès en appel n'ait pas encore eu lieu -- n'a aucune importance pour notre procureur.
[L'auteur n'est pas informé du fait que Garaudy a perdu en appel et, en juin dernier, en cassation. NdR]
3. Roger Garaudy serait devenu par décision d'un tribunal un "émule de Faurisson" et partant, tous ceux ses écrits, [sic] toutes ses pensées sont supposées porter la souillure de cette accusation infâmante. Avec de tels raisonnements, il faudrait brûler toute l'oeuvre de Céline pour son attitude antisémite. Ne nous arrêtons pas là: brûlons aussi celle de Renan pour sa mise en hiérarchie des races humaines et ses tirades antisémites englobant tous les peuples sémitiques, les Arabes en premier lieu. Lamartine et Hugo pour avoir magnifié le colonialisme, Montaigne pour avoir acquiescé à la Saint Barthélémy, Voltaire pour avoir tiré ressources de l'esclavage. Il est vrai que Didier Daenincks se garde de tomber dans ce travers, lui qui affiche s'être guéri de toute nostalgie de l'anticolonialisme, une cause que l'on devine chez lui désormais sans plus objet et qui n'aurait plus aujourd'hui à se mettre [2] sous la dent "qu'un ressentiment contre l'Etat d'Israël [...] rapidement mué en antisémitisme"...
4. Roger Garaudy étant atteint par la maladie négationniste, tous ceux qui ont eu un contact avec lui ont été contaminés et sont devenus des négationnistes comme le Père Michel Lelong...
5. Donc l'Harmattan trempe dans la confusion négationniste et se voit menacé d'être emporté par la maladie révisionniste.
La simple mise en lumière des articulations du discours suffirait, me semble-t-il, à le tourner en ridicule. Et comme le raisonnement est le même avec avec Moumen Diouri, je me dispense donc de le recommencer.
Je note maintenant que, dans sa grande magnanimité, le procureur Daenincks est disposé à laisser tomber les terribles accusations qui pèsent sur les éditions de l'Haramattan à condition qu'elles se débarrassent du vecteur supputé de cette contagion: Geneviève Clancy. Mais le type de réquisitoire qui la condamne est de la même eau.
Concernant Geneviève Clancy
1. Geneviève Clancy a lu le manuscrit de Roger Garaudy. Que le manuscrit incriminé ait ou non un rapport avec la faute dont on accuse Roger Garaudy n'est pas de nature à ébranler la conviction de notre accusateur public: si elle a trouvé le livre intéressant, elle doit être punie car, quel que soit le sujet qu'il a traité, il a été écrit par un homme marqué au sceau de l'opprobre.
2. Geneviève Clancy aurait "accepté le manuscrit". Qu'elle ne soit nullement responsable de l'édition de cet ouvrage et que seul son avis ait été en l'occurence sollicité n'a aucune importance pour notre accusateur public: elle est coupable!
3. Or elle est présentée comme directrice de la collection Poètes des Cinq Continents. Notre procureur ne s'est pas embarrassé d'aller vérifier ce qu'il avance et peut-être balaierait-il d'un revers de manche le fait qu'elle ne s'en présente pas comme la responsable mais seulement comme l'une des quatre personnes ayant le titre de lecteur ou lectrice. Et voici que cette collection reçoit dans une de ses soirées une certaine Maria Poumier. Que cela soit à titre de traductrice de poèsie hispano-américaine et que jamais la moindre allusion à ce dont on l'accuse n'ait pu être soupçonnée [sic] dans la soirée incrimininée -- j'en tombe moi-même sur mon séant! -- n'a pas à entrer en ligne de compte pour notre Zélateur de la Vertu antirévisionniste: cette dame, aurait, selon l'accusation, des contacts avec Roger Garaudy dans le cadre de l'Université où elle exerce. Toutes ses actions sont donc souillées par cette tache indélébile et partant tous ceux qui ont commerce avec elle.
4. Sur les seuls faits connus par notre Grand Inquisiteur, à savoir, que Geneviève Clancy s'est permis de pas jeter au panier un manuscrit de Roger Garaudy et qu'elle participe à l'animation des soirées poétiques, elle est implicitement montrée du doigt comme figure de proue d'un groupe "qui s'est sciemment installé dans les rouages de l'Harmattan, par l'étroite porte de la collection poèsie". Conclusion: les éditions l'Harmattan doivent, pour leur santé morale, se séparer des membres pourris.
Devant n'importe quelle juridiction répressive, un procureur peut à bon droit dire sur l'accusé ce qui lui chante: selon l'adage, la parole est libre. N'oublions pas cependant que selon le même adage: l'écriture est serve: le procureur doit avancer ce qu'il prouve [3] dans ses réquisitoires. Et gageons qu'aucun juge ne pourrait accepter les arguments du procureur Danenincks.

Didier Daenincks confond fiction et investigation
Didier Daenincks est présenté comme ayant participé à diverses publications. Je ne conteste pas une affirmation que je n'ai pas vérifiée mais elle m'inspire une réflexion. Si Didier Daenincks avait présenté l'article par lui sur publié le net aux publications auxquelles il a collaboré [sic], je ne puis dire comment son travail aurait été reçu. Je peux seulement ici témoigner de ma propre expérience. J'ai personnellement publié des enquêtes dans plusieurs publications: je songe particulièrement aux Cahiers de l'Orient dont je suis un des collaborateurs et qui n'assume pourtant pas les propos auteurs des articles qu'il publie [sic], ou à Témoignage Chrrétien et ce sur des sujets chauds comme la situation de l'immigration, ou encore au Monde Diplomatique, tout particulièrement sur l'utilisation de l'uranium appauvri pendant la guerre du Golfe. Eh bien je puis vous assurer que j'ai toujours dû avancer, et ceci sans aucune réticence de ma part, la preuve de la plus infime de mes assertions. Je suis donc navré de dire à ce sujet que, s'agissant d'investigation, Didier Daenincks a oublié ici le B.A BA du métier de journaliste.
[Où l'on voit que l'auteur 1/ ignore à peu près tout de la langue française, ce qui lui permet 2/ de faire le journaliste de gauche et donc 3/ d'écrire sur des sujets dont il ignore tout, ce qui est le propre des journalistes. C'est donc bien un journaliste de gauche parfaitement normal et ordinaire. Et ce journaliste normal et ordinaire trouve que Daenincks ne sait pas faire ce travail, qui ne demande pourtant aucune qualité particulière. -- NdR]
Considérons maintenant ce passage de son article sur le net: "Le deuxième manuscrit de l'émule de Faurisson est parvenu le 25 novembre 1999 au siège parisien de l'Harmattan, rue des Ecoles, en provenance du domicile privé de Garaudy. Il n'a été lu que par une seule personne, un professeur d'esthétique à la Sorbonne, Geneviève Clancy, qui l'a accepté, dans la journée!" Je ne reviens pas sur les contrevérités et les amalgames contenus dans cette phrase qui, il faut en convenir contient d'édifiantes révélations du type: "Le manuscrit est sorti du domicile privé de son auteur"... Convenons-en: du fait que, dans ce récit, l'exposition des données réelles s'inscrit sur une trame imaginée, il relève davantage de la manière habituelle des fictions policières que des enquêtes en bonne et due forme. Je n'ai aucune raison de douter des talents de Didier Daeninks comme auteur de roman policier. [Nous en doutons au contraire: il a lui même avoué que ses premiers romans étaient si absolument nuls qu'il avait dû les réécrire entièrement dix ans plus tard; on ne voit pas bien comment une telle profondeur de bêtise pourrait s'améliorer.. NdR] je n'ai aucune gêne à dire que sa littérature se lit avec plaisir et qu'il possède dans ce domaine une efficacité certaine et un talent reconnu: ayant éprouvé en son temps la difficulté à parler du 17 octobre 1961, j'ai apprécié l'intelligence avec laquelle il était parvenu à briser, avec Meurtres pour mémoire, Gallimard, 1984, les barrages successifs de la bonne et de la mauvaise conscience coloniale par le biais de l'évocation littéraire. [Il est inutile d'ajouter que cette percée est due à des auteurs qui se refusèrent à toute fiction: Péju, Vidal-Naquet, Einaudi, Lévine et d'autres et non à de vulgaires polars. NdR]
Mais les dégâts sont considérables dès qu'on accepte dans l'enquête journalistique ou dans la lutte politique et citoyennes les méthodes de la fiction litéraire policière

Assez de bassesses !
Faites n'importe quelle recherche sur le net: vous trouverez à boire et à manger. Tout y est dit: le meilleur comme le pire, plus souvent même le pire que le meilleur. Un exemple: un des principaux forums politiques comme fr.soc.politique est largement squatté par la mouvance d'extrême droite. Faut-il interdire pour cela le net ou le soumettre à la censure? Je ne crois pas. J'estime qu'il faut accepter le défi de la bataille publique, pensant que chacun
[4] d'entre nous était capable de se comporter comme citoyen et apte à faire le tri dans les mots, les idées, les odeurs parfois nauséabondes et aussi les parfums que portent les vents sociaux.
Didier Daenincks s'avère un piètre procureur. Permettez-moi d'émettre les doutes les plus sérieux sur ses qualités d'enquêteur. A la vérité il pervertit son talent d'écrivain par des arguments dignes des procès que l'on qualifiait naguère de stalinien. Les procédés de Didier Daenincks sont l'exagération et le mensonge, l'accusation sans fondement, l'insinuation et l'amalgame, le jeu d'ombres chinoises des fausses perspectives, et reposent surtout sur un présupposé que l'on pourrait appeler la "théorie de la contamination": Untel a touché Untel qui a vu Untel qui a parlé avec Untel qui a été vu avec Untel, etc... Tous procédés qui furent les armes favorites de toutes les chasses aux sorcières de l'Histoire.
Est-il abusif d'évoquer ceci à propos des méthodes de Didier Daenincks? C'est pourtant ce qui fit le 25 juin 1995 Maurice Rajsfus qui, mis en cause par le même Didier Daeninckx, se vit obligé de répondre à ses attaques ignobles par un texte intitulé "Chasse aux sorcières, ça suffit!". Dans un pamphlet intitulé Le Goût de la vérité, Ed. Verdier, notre Grand Inquisiteur venait d'accuser un certain nombre de personnalités, pourtant insoupçonnables sur ce terrain, de révisionnisme voir d'antisémitisme: il y assassinait notamment Gilles Perrault et Maurice Rajsfus. Ceci au point que ses amis et en particulier l'écrivain Gérard Delteil lui demandèrent instamment "d'arrêter les frais" (voir Daeninckx en un combat douteux dans libération du 11/11/97) [Voir plus bas]
Il suffit de demander "Didier Daenincks" sur un moteur de recherche du net pour se rendre immédiatement compte à quel point le Front national peut se délecter de telles accusations (voir l'article "Ras l'Front, Ras le bol", par Gabriel Lindon, National Hebdo, n* 695, 13-19 nov. 1997, repris par le site aaarghinternational@hotmail.com). Je ne peux pas ne pas me souvenir à ce propos d'une époque où Jean-Marie Le Pen traînait devant les tribunaux plusieurs radios libres dont celle où Geneviève Clancy et moi-même nous nous côtoyions comme animateurs, pour l'avoir traité de "fasciste" et de "raciste"... [Quel héroïsme!!!] Venant de cet endroit, les coups ne sont pas pour surprendre: nous y sommes habitués. Mais je suis outré que l'on puisse verser en si peu de mots que ne le fait [sic] Didier Daenincks dans son article ordurier, autant de fiel sur Geneviève Clancy et autant de purin sur autant de monde à la fois.
Qu'on me permette également de dire le malaise que procure d'ailleurs l'utilisation, de tous les bords politiques aujourd'hui, d'arguments bas, sans envergure qui ne prouvent, chez ceux qui les utilisent, que leur propre faiblesses et donc aujourd'hui une réelle difficulté de notre société à faire face à ses propres tâches.
Je voudrais aussi dire que si les calomnies engagent ceux qui les profèrent et donnent une idée de leur valeur, elles n'ont de force que par ceux qui, pouvant leur faire barrage, négligent de les contrer.
Soyez assurés, Mesdames, Messieurs, de mon profond respect.
Paris le 1er octobre 2000
Roland Lafitte
142 avenue Jean-Jaurès 75019 Paris
tél/fax 01 42 00 61 67
e.mail: lafitte@cybercable.fr

Nous avons en archive l'article de Delteil dont parle Lafitte:


Lettre ouverte à celui qui assassine ses anciens amis de l'ultragauche

Daeninckx en un combat douteux

 
Par Gérard Delteil

(L'auteur est écrivain. Dernier ouvrage paru: La peau des autres)
Une atmosphère particulièrement désagréable règne actuellement, non seulement dans le petit milieu des auteurs de polars parisiens, mais dans celui, plus large, des amateurs de cette littérature et du «peuple de gauche» des bibliothèques, des comités d'entreprise et des associations. On ne parle plus que de la «polémique» qui oppose Didier Daeninckx à quelques anciens de l'ultragauche qu'il accuse de révisionnisme, voire d'antisémitisme, et à ceux qui ne partagent pas son interprétation des faits et des textes. La dernière étape de ce combat douteux est le pamphlet que Didier Daeninckx vient de publier (le Goût de la vérité, éd. Verdier) et dont David Dufresne a fort bien rendu compte dans Libération. Dans ce brûlot, Daeninckx assassine non seulement Gilles Perrault, pour avoir pris la défense des accusés, mais un certain nombre de ses anciens amis. C'est sans ménagement, sans nuances, qu'il procède à ces exécutions en règle, et aussi sans mémoire. Comme s'il était frappé d'amnésie, au point d'oublier tout ce qui le rapprochait, hier, de ceux qu'il dénonce aujourd'hui. Le seul fait de ne pas avoir accepté de le suivre dans sa croisade semble suffisant à ses yeux pour prononcer la condamnation.
Nous avions été un certain nombre à croire que les liens d'amitié et d'estime qui nous unissaient à Didier Daeninckx seraient de nature à le faire hésiter et nous avions fraternellement essayé de le dissuader de poursuivre cette aventure. Nous pensions, avec une certaine naïveté, que les prises de position de personnages aussi peu suspects de révisionnisme que Vidal-Naquet, Maurice Rajsfus, Jean-François Vilar, Thierry Jonquet et bien d'autres le conduiraient à remettre ses certitudes en cause et sa prose incendiaire dans son tiroir. Il n'en a rien été, et nous sommes aujourd'hui encore plus nombreux à être consternés par la lecture d'un texte où Didier Daeninckx s'en prend pêle-mêle à des positions politiques jugées par lui incorrectes et à des individus. Le ton même de certaines de ces attaques et de ces insinuations laisse pantois. A Untel, il est reproché d'avoir travaillé dans une entreprise dont le patron a collaboré avec l'occupant nazi, à tel autre d'occuper un local qui a servi de chambre de torture sous l'Occupation. Quand, emporté par son élan polémique, Daeninckx reproche à Gilles Perrault, entre mille autres accusations, d'avoir fréquenté un certain écrivain russe (plus ou moins agent du KGB et qui ne s'en cachait pas), faut-il avoir la cruauté de rappeler qu'il rêvait lui-même -- tout haut et suffisamment fort pour que nous soyons nombreux à nous en souvenir -- de voir ses oeuvres diffusées grâce à lui à des millions d'exemplaires dans l'URSS gorbatchévienne? Quand il se lance dans une douteuse psychanalyse de Perrault et passe au crible la sexualité de l'un de ses personnages de roman, doit-on lui demander ce qu'il penserait d'un tel procédé employé par tout autre que lui? On a sincèrement du mal à croire que l'auteur de Meurtre pour mémoire est le même que celui du Goût de la vérité. La sagesse commanderait de demeurer à l'écart de ce déballage, en se disant que mieux vaut après tout ne se fâcher avec personne, si l'honneur d'hommes que nous côtoyons n'était pas en cause. Peut-on sans réagir laisser mettre ainsi au ban d'infamie des amis ou de simples relations, même si l'on est loin de partager leurs positions passées ou actuelles?
Au risque de se brouiller avec un ami, il faut donc bien dire à Didier Daeninckx les choses comme elles sont. Tu es en train de marquer des buts contre ton propre camp, Didier. Et les authentiques révisionnistes, ceux que tu prétends combattre, se tiennent les côtes devant le spectacle ridicule que tu donnes [C'est vrai! C'est vrai! -- aaargh! aaargh!], et que nous donnons tous hélas! puisque cette triste affaire empoisonne tout un milieu. Ta réaction initiale, refuser de voir un de tes livres figurer dans une collection qui aurait abrité un suppôt de Faurisson, est à ton honneur. Mais il aurait fallu t'assurer que tu ne commettais pas une erreur d'interprétation avant de foncer bille en tête. Les gens ont tout de même le droit de changer dans le bon sens, et la nature du crime que tu leur imputes est discutable et discutée. Les rodomontades et les provocations littéraires de l'ultragauche, même sous leurs aspects les plus déplaisants, comme les phrases issues de publications vieilles de dix ou quinze ans que tu ressasses ou la lamentable collection lancée par Quadruppani, ne peuvent pas être confondues avec des écrits négationnistes et antisémites. Une étude sérieuse de l'histoire de ces courants aurait dû t'en convaincre. L'escalade de la polémique et le refus d'envisager, ne serait-ce qu'une seconde, la possibilité d'avoir tort t'ont conduit dans l'impasse où tu te trouves. A livrer une bataille absurde, tu gaspilles le capital de confiance et de sympathie gagné par des livres et des positions courageuses, alors qu'il y a tant d'autres chats à fouetter, tant de véritables scandales à dénoncer, tant de personnages qui mériteraient que tu t'attardes sur leur passé et surtout sur leur présent, au lieu de t'en prendre à ceux de tes anciens compagnons.
Certes, nous dis-tu, la crainte de «désespérer Billancourt» ne te détournera pas de ta mission purificatrice. On se renforce en s'épurant. Air connu. Mais, pour le moment, tu ne désespères que tes amis. Et je crois me faire l'interprète de nombre d'entre eux en te demandant instamment d'arrêter les frais.

[Nous on trouverait plutôt dégradant d'avoir comme amis des gens de cette espèce...]


Libération, 11 novembre 1997. "Rebonds"

++++++++++++++++
Nous, auteurs de la collection Poètes des Cinq Continents des éditions l'Harmattan, sommes scandalisés par l'insulte qui nous est faite par Monsieur Daeninckx au nom d'un prétendu soutien au discours antisémite auquel notre amie Geneviève Clancy donnerait accès par la collection Poètes des Cinq Continents.
Monsieur Daeninckx manifeste une xénophobie évidente en accusant les auteurs de la collection qu'il sait en majorité étrangers, d'être proches des dictateurs tels que Khomeyni, Saddam Hussein, Hafez el Assad et Kadhafi.
Les auteurs iraniens, irakiens, syriens et libyens visés sauront lui répondre à leur manière. Quant à nous autres poètes et écrivains de l'Harmattan et tous ceux qui s'y associent, nous exigeons qu'il présente des excuses poubliques à toutes les personnes calomniées.
Collectif
Jean-Pierre FAYE, poète, philosophe.
Mithridad POURMIR, poète.
Kamal BEN ALIMEDA, poète.
Philippe TANCELIN, poète, philosophe.
Salah AL HAMADANI, poète et homme de théâtre.
Muniam ALFAKER, poète.
Isabelle POURMIR, écrivain.
Stéphanette VANDEVILLE, traductrice, femme de théâtre.
Geneviève CLANCY, poète, philosophe.
Roland LAFITTE, écrivains, historien.
Michel CASSIR, poète.
Yves BERGERET, poète, écrivain.
M. S. AL SAGGAR, poète, calligraphe.
Falih MAHDI, écrivain, juriste.
Marc JIMENEZ, écrivain, philosophe.
Jean-Julien MARTIN, peintre, écrivain.
Marianne AURICOSTE, poète, écrivain.
Jean-Claude MONTEL, écrivain, philosophe.
Françoise ROBERT AUBRAL, écrivain.
Hosham DAWOD, anthropologue.
Costin MIEREANU, écrivain, compositeur.
François LE PERLIER, écrivain, philosophe.
George SEBBAG, écrivain.
Chekib ABDESSALAM, poète.
Emmanuelle MOYSAN, codirectrice de la collection
Djamila ABITIAR, poète.

....
Voir les autres manifestations de protestations contre les saloperies à la Daeninckx sur le site de l'Harmattan:
Le plus cocasse est de trouver dans les pourfendeurs de l'ahuri des poubelles le dénommé Jean-Pierre Faye qui a toujours fait tout ce qu'il a pu, c'est-à-dire pas grand chose, pour nous frénétiquer à sa façon. Il a tenté en vain, par exemple, de manipuler Chomsky. Se retrouver du même côté de la barricade que lui nous fait un drôle d'effet. Poulet au foie jaune comme il est, il va surement changer d'avis.


Pour reprendre des éléments de Lafitte, on peut se reporter au livre du Pol Pot d'Aubervilliers intitulé Le goût de la vérité publié chez un éditeur juif spécialisé dans les talmudreries, Verdier.

A la page 38, il reproduit des propos de Maurice Rajsfus, rapportés dans National-Hebdo du 18 juillet 1996:
"on voit se monter cet habituel amalgame du complot en sorcellerie que les staliniens savent bien faire. On montre un certain nombre de gens du doigt. On fouille leur passé,on leur demande pourquoi ils n'ont pas dit ce qu'ils faisaient tel jour à telle date il y a vingt-cinq ans. On s'intéresse à leurs amis. Les uns sont traités de flics. C'est une habitude dans les rangs du PCF. Quand quelqu'un était opposé, on disait que c'était un flic et on ajoutait: c'est bien connu, nous en avons les preuves. Moi j'ai appris hier soir que j'avais été à La Guerre Sociale. Ce qui est une pure calomnie et une saloperie. Si Daeninckx était là, il ne sortirait pas en état de cette salle."


Et deux pages plus loin, un certain Thierry Jonquet évoque la "flamboyante sagacité" du Génie d'Aubervilliers, Le Canal de l'Ourcq de la Pensée.

La culture générale et le contexte historique de ce livre du Génie d'Aubervilliers est strictement limité à l'emploi des "Que sais-je?". On a le droit d'être inculte. On ne reproche pas forcément à un inculte d'être inculte. Mais l'inculte qui essaie de nous bluffer, de faire étalage d'une grotesque science de bazar, on peut le renvoyer à sa niche. On prendra, par exemple, à la page 130, cette ahurissante information: le mot vik -- qui entre dans la composition de beaucoup de noms de lieux -- est, selon le Génie d'Aubervilliers, "un mot viking signifiant village". C'est forcé! vik, viking... c'est la preuve. Sauf que le mot est présent dans toutes les langues européennes, comme dans le latin vicus, qui a donné "voisin", le grec oikos d'où vient le mot "économie", l'allemand witz et le polonais wicz qui servent à faire des noms de lieu comme Auschwitz (en polonais Oswieczim), etc. Et viking veut dire "villageois". Seulement, pour un primaire du genre Daeninckx, ce qui compte, c'est le slogan qui est reproduit sur la bande annonce de chez Verdier:

Qualifier -- Dénoncer -- Combattre


Tout un programme.
A notre avis, DD se la joue. Entre son grand père fonctionnaire du PCF et son autre grand-père anar déserteur de la Grande guerre, il a toujours vécu dans le phantasme et l'imagination de la vie des autres. La littérature fournit l'héroïsme que ses grand pères avaient et qui lui manque à lui, dans sa vie de petit bourgeois rassis plein de bière dans son pavillon de banlieue. Il est le fonctionnaire qui jalouse les anars. Ses combats à lui se passent dans les bistrots d'Aubervilliers. Donc il exploite les fonctionnaires du renseignement et de la fiche documentaire -- qui pullulent sur le marché tant sont nombreuses les vocations -- et il se fabrique une existence aventureuse en recopiant ses fiches sur sa table de cuisine. Pourquoi ce type poursuit-il tant de gens avec tant de haine? La réponse est simple: il se shoote avec ça, pour avoir, fictivement, l'impression d'exister, comme ses "grands" ancêtres disparus. En fait, il relève d'une psychopathologie légère, qui pourrait se soigner avec une pincée de lithium, ou de serpolet.


TANT T'ACCULES

Nous avons reçu ce poulpet:


La pieuvre se prend une fois de plus les tentacules dans le tapis

En essayant de lancer un boycott contre les éditions l'Harmattan, DD la pieuvre s'est encore emmêlé les pinceaux. Avec du vrai boulot de sale flic, assaisonné de vrais mensonges pour déstabiliser ceux qu'il croit avoir coincés, il nous fait découvrir des tas de choses qui font plaisir:

a) une bonne partie de la gauche, qui ne connaissait rien au «spectre qui hante le monde», s'est aperçue qu'on exerce sur elle un chantage permanent, sur fond de zyklon B, et commence à réagir... pas étonnant que la pieuvre s'inquiète pour son fromage
b) ce qui explique l'intérêt des lecteurs pour un volume où l'on découvre Roger Garaudy associé à des théologiens de la libération, et à des juifs antisionistes prestigieux, aux antipodes de l'extrême puanteur à laquelle on voudrait le réduire
c) aux lecteurs de L'Harmattan qui, s'ils se divisaient jusqu'à une date récente en antisionistes sans illusions et naïfs dans la lune, vont maintenant basculer un peu plus dans la résistance à la mauvaise foi et à la terreur idéologique, une fois qu'ils auront compris qu'on essaie de les prendre en otage
d) en France il n'y a pas que des éditeurs vendus ou d'extrême-droite ou clandestins ou énervés
e) les agents du Mossad, comme toutes les charognes, sont très bons pour réveiller les braves gens, et les convaincre qu'ils sont bien capables de tous les tripatouillages immondes, au point de les faire douter (on rougit, mais c'est ce que tout le monde dit, tout bas) des chambres à gaz et de tout ce qui va avec
f) la poésie retrouve enfin sa vieille copine la vérité, le vent se lève et les bons poètes vont bientôt gueuler très haut, par exemple aux éditions l'Harmattan
g) Falbala pas morte, repoussera les sionards au delà du Tigre et de l'Euphrate!
h) De Paris I à Paris VIII en passant par la rue des Ecoles, ça en fait, des complices du négationnisme! On croyait qu'il fallait aller jusqu'à Lyon pour voir de près ces patibulaires ennemis du peuple déguisés en soi-disant profs de fac

 



LE TORCHON D'UN ORDRE NOUVEAU

Le site amnistia, animé par des repris de justice italiens, communique:

Amnistia.net est une rédaction qui s'est évadée. Évadée du "modèle économique" dominant, sponsorisé par les annonceurs publicitaires. Ces nouveaux employeurs qui sont devenus la principale, si non la seule, source de revenus des journalistes. Nous nous sommes évadés de l'emprise de leur censure et, surtout, de la tentation de l'autocensure qui prolifère comme un nouveau virus dans les bureaux d'aluminium des rédactions. Sur quoi repose la crédibilité de ceux qui ont choisi comme métier celui d'informer? Sur leur indépendance d'esprit et sur leur indépendance financière.
Pour être indépendante, une rédaction doit être financée, au moins majoritairement, par ses lecteurs. Voilà la condition incontournable qui assure à une société de presse l'autonomie vis-à-vis des marchands de pub ainsi que des pouvoirs politiques. Seule une rédaction rémunérée directement par ses lecteurs, qui en payent le travail, peut se définir comme authentiquement libre. Les spéculateurs publicitaires, les nouveaux empereurs des médias, peuvent décider à tout moment de fermer les robinets à une rédaction dont la ligne éditoriale pourrait se révéler dérangeante. À l'inverse, les lecteurs, en achetant librement un titre par l'intérêt de son contenu, sont la principale garantie de protection des journalistes face à toute ingérence des pouvoirs.
À la recherche de nos lecteurs, nous nous sommes évadés, il y a maintenant deux ans, sur le web. Depuis Amnistia, une île imaginaire, notre communauté de destin, bien réelle, a donné vie à une nouvelle source d'information. Entièrement gratuite et autofinancée. Il a suffi de deux vieux ordinateurs, un modem, un accès à internet et un grand investissement humain. Personne n'a été rémunéré à amnistia.net. Faute de sources de financement nous avons investi notre temps. À chacun de se débrouiller par ailleurs pour ses besoins financiers. Voici le prix de notre liberté. Les connections sur notre site se sont multipliées au fil des jours (nous en comptons 60 000 par mois) et la presse traditionnelle a repris certaines des nos enquêtes, jusque là "interdites". La production française de Zyklon-B pendant la guerre, le dossier corse, l'envers du décor de l'univers des médias, les réseaux négationnistes qui se nichent dans des institutions prestigieuses. Autant d'enquêtes que nous vous proposons aujourd'hui sur notre revue trimestrielle ainsi que sur notre journal hebdomadaire. Avec des dossiers exclusifs que vous decouvrirez en avant premiere.
Maintenant tout dépend uniquement de vous, fidèles lecteurs. Notre indépendance est garantie par l'intérêt que vous portez à notre projet. De votre adhésion dépend notre liberté.


HITLER PAS BON

Los Angeles (Zap2It.com) - Kenneth Branagh and Stanley Tucci are heading to HBO for "Conspiracy," which is expected to begin shooting in Europe this fall according to Hollywood Reporter. The made-for-television movie deals with a secret meeting Adolf Hitler held in 1943 of the Third Reich at Wannsee.
At the meeting, Hitler, along with his senior advisors, drew up plans for Final Solution for the extermination of Jews. (21 septembre 2000)
[Los Angeles (Zap2It.com).­ D'après le Hollywood Reporter, Kenneth Branagh et Stanley Tucci s'adressent à HBO pour Conspiration, qu'ils espèrent commencer à tourner en Europe cet automne. La dramatique télévisée raconte une rencontre secrète du IIIe Reich, tenue par Adolf Hitler à Wannsee en 1943. Pendant la réunion, Hitler et ses principaux conseillers dressèrent les plans de la solution finale pour l'extermination des juifs (21 septembre 2000)


De plus en plus fort: la télé va nous montrer Hitler en personne participant à la conférence de Wannsee, qui plus est, en 1943! Elle est déjà l'objet d'une mise en scène du plus haut grotesque au "Museum of Tolerance" , le barnum des rabbins qui achètent son nom à Simon Wiesenthal, à Los Angelès. Encore un petit effort et on verra Hitler assassiner six millions de juifs lui-même...

ACCRO
aaargh est évidemment cité dans maintes circonstances, dans la littérature mondiale. Le riz Uncle Ben's l'affiche partout. Un jeune lecteur nous signale que l'expression apparaît souvent dans les aventures de Harry Potter, dont on connaît le succès mondial, plus de 30 millions d'exemplaires vendus à ce jour. Dans le volume 3, à la p. 287 de la traduction française, précise notre correspondant, on trouve l'élément suivant:

AAAAAAAAAAAARRRRRRRRRRRRRRRRGGGGHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !


Celui de nos lecteurs qui voudra bien nous fournir le développement complet de cet acronyme gagnera une édition complète des oeuvres de Vidal Crochet sur peau de banane.

PARUTIONS
Signalons la dernière brochure de l'équipe Reynouard, L'enfer de Big brother dans lequel nous entrons, 48 p., 13 octobre 2000, chez VHO, BP 60, B-2600 Berchem 2, Belgique. Pas de prix indiqué.
Analyse d'un article mensonger paru dans Historia -- La dérive totalitaire s'accélère -- Nouvelles brèves: la déportation des homosexuels en France, un mythe; Bergen-Belsen 1945? Non, Elvas 1809; Les Juifs souhaitent-ils se sentir persécutés?; les Juifs eux-mêmes confirment les "clichés antisémites; Big Brother tire profit de ses échecs en Belgique et impose son pouvoir en Serbie.

Il faut surtout signaler la très importante parution de la version anglaise du plus important ouvrage révisionniste actuellement disponible, paru en Allemagne sous le nom de Grundlagen zur Zeitgeschichte, paru en 1994 sous le direction de Ernst Gauss, alias Germar RUDOLF. On connaît son fameux Rapport dont les petits michetons du film d'Errol Morris ne pipent pas mot.
Certains des articles ont été mis à jour. Il est accessible on-line sur le site <www.vho.org> mais l'édition sur papier est particulièrement soignée, illustrée et son prix de 55 dollars est tout-à-fait justifié.
Dissecting the Holocaust -- The Growing Critique of 'Truth' and 'Memory', traduit par Victor Diodon, Theses and Dissertations Press, PO Box 64, Capshaw, Alabama 35742, USA.

DE L'ÂNERIE COMME UN DES BEAUX-ARTS

Sans commentaires sinon cette remarque d'ordre générale: si vous n'êtes pas capable d'être historien, descendez deux ou trois échelons et plongez dans le marécage de la "mémoire"; cultivez le souvenir, faute de pouvoir penser le passé!

Assistante-mémoire, un nouveau métier



«Au départ, je voulais être journaliste. Lorsque j'ai voulu passer le concours de Sciences-Po, je suis tombée malade. Je me suis retrouvée finalement en histoire. Après la licence, j'ai continué, mais j'ai senti que la recherche, ça n'était pas mon truc» raconte Cécile Lonjon, 26 ans, originaire du Vaucluse. (...) elle tombe sur une annonce passée par la Direction départementale de l'office national des anciens combattants demandant une personne avec des connaissances en histoire. (...) Cécile Lonjon débute donc en tant qu'assistante-mémoire en février dernier. Un travail qui la passionne réellement, elle explique pourquoi: «Je suis chargée de mettre en relation des associations d'anciens combattants, l'administration et les professeurs, en leur proposant des activités de mémoire. Je retrouve dans ce métier à la fois le côté pédagogique, lorsque je vais faire des interventions dans les classes avec des anciens combattants et la transmission de l'histoire. En plus, c'est un emploi tout neuf, où tout est à faire. C'est un vrai défi et c'est très motivant». Pas de tout repos non plus, car loin de rester dans son bureau du matin au soir, Cécile Lonjon est amenée à se déplacer très souvent. Elle a récemment participé au festival mémoire et citoyenneté à Schirmeck, et doit accompagner une classe prochainement au Struthof. Tout à fait convaincue de sa mission, elle estime que «nous devons tous rester vigilants», parce que nous ne sommes pas à l'abri d'une nouvelle guerre. «Mémoire et solidarité, telle est la devise, ici, raconte-t-elle encore. Les jeunes manquent aujourd'hui de repères.Nous sommes là pour leur faire comprendre que des gens se sont battus dans le passé pour retrouver la paix. Et qu'eux doivent, maintenant, tout faire pour la conserver.»
Viviane Prost
Dernières Nouvelles d'Alsace, 10 Octobre 2000.




VIE D'ANGE

Tous les lecteurs de la presse socialo-gluante savent qu'à la demande expresse du Pol Pot d'Aubervilliers, le chercheur ultra-gauchiste Serge Thion, engagé dans le révisionnisme depuis le début de l'affaire Faurisson, au grand dam de la gauche molle, a été révoqué du CNRS, et ce vingt ans après la parution de son livre Vérité historique ou vérité politique? Entre la parution de ce livre et sa révocation, un événement difficilement justifiable du point de vue des révocateurs d'aujourd'hui, était intervenu, en 1984: il avait été titularisé dans les fonctions qu'il occupait au CNRS depuis 1971 et était donc devenu fonctionnaire... après être devenu le champion de la liberté de pensée. Si quelqu'un pouvait nous expliquer cette situation extrêmement paradoxale, nous lui attriburions le prix de la vérité historique qui n'est pas politique. Voici l'arrêté de révocation qu'il fait circuler depuis une dizaine de jours :

 

CENTRE NATIONAL
DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

La Directrice Générale du Centre National


de la Recherche Scientifique
Vu la loi n* 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droit et obligations des fonctionnaires,
Vu la loi n* 84-16 du 11 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relativers à la Fonction publique de l'Etat,
Vu le décret n* 82-451 du 28 mai 1982 modifié relatif aux commissions administratives paritaires,
Vu le décret n* 83-1260 du 30 décembre 1983 fixant les dispositions statutaires communes aux corps de fonctionnaires des établissements publics scientifiques et technologiques,
Vu le décret n* 84-961 du 25 octobre 1984 relatif à la procédure disciplinaire concernant les fonctionnaires de l'Etat,
Vu le décret n* 84-1185 du 27 décembre 1984 modifié relatif aux statuts particuliers des corps de fonctionnaires du CNRS,
Vu L'avis du conseil de discipline compétent pour le corps des chargés de recherche, en date du 4 juillet 2000
Considérant que Monsieur Serge THION a manqué à l'obligation de réserve par la remise en cause de l'existence des crimes commis contre l'humanité et a ainsi porté atteinte à la dignité des fonctions qu'il occupe, à la considération du corps auquel il appartient ainsi qu'à la réputation du CNRS:
DECIDE
Article unique:
Monsieur Serge THION, chargé de recherche de première classe, agent N* 46756, est révoqué à compter du 1er novembre 2000.
Fait à Paris, le 04 OCT 2000
[signé] La Directrice Générale


Nous avons aussi un article du Monde se réjouissant de la révocation de S. Thion et portant contre lui des accusations contre lesquelles, c'est bien entendu, il n'a pas le droit de se défendre: les révisionnistes ne sont pas des hommes, ils ne jouissent donc pas des droits desdits; mais comme ce ne sont pas non plus des animaux répertoriés dans la classification des espèces, aucune vedette de la télé ne vient à leur secours...

Le chercheur négationniste Serge Thion révoqué par le CNRS

L'une des principales figures des milieux négationnistes français, Serge Thion, chargé de recherche au CNRS, a été révoqué, à compter du 1er novembre, par la directrice générale de l'organisme, Geneviève Berger. Cette décision exemplaire, datée du 4 octobre, précise que le chercheur "a manqué à l'obligation de réserve par la remise en cause de l'existence des crimes commis contre l'humanité et a ainsi porté atteinte à la dignité des fonctions qu'il occupe, à la considération du corps auquel il appartient, ainsi qu'à la réputation du CNRS".
Mme Berger, nommée le 30 août, n'aura pas tardé à clore un dossier qui entachait depuis longtemps l'image de l'établissement. Serge Thion, entré au CNRS au début des années 70, était considéré, ces derniers temps, par l'administration comme sans affectation. Il était auparavant rattaché au Centre d'anthropologie de la Chine du Sud et de la péninsule indochinoise (une équipe du département des sciences de l'homme et de la société installée à Paris et officiellement en restructuration).
Dès son entrée au CNRS, il incarne les dérives idéologiques d'une frange de l'ultra-gauche. Après avoir livré des analyses percutantes sur l'apartheid en Afrique ("Le Pouvoir pâle ou le racisme sud-africain", Le Seuil, 1969) et sur le Sud-Est asiatique ("Des courtisans aux partisans", Gallimard, 1971), il rejoint, en 1979, le camp des défenseurs du négateur de l'existence des chambres à gaz Robert Faurisson, regroupés autour de la maison d'édition La Vieille Taupe.
Une commission d'enquête interne
Il met alors en avant, devant la justice, sa qualité de chercheur au CNRS.
Et il réussit un coup d'éclat, en obtenant du linguiste américain Noam Chomsky une préface au "Mémoire en défense contre ceux qui m'accusent de falsifier l'histoire", de Faurisson. Dans la foulée, il prend la défense du
régime de Pol Pot et soutient que, "si les mots ont un sens, il n'y a certainement pas eu de génocide au Cambodge". Dans les années qui suivent, il publie encore de nombreux articles à caractère négationniste, en
particulier dans les "Annales d'histoire révisionniste".
L'avènement d'Internet offrira alors au chercheur une tribune privilégiée. Il lui est notamment reproché - bien qu'il s'en défende - d'alimenter en textes antisémites le site d'une Association des anciens amateurs de récits
de guerre et d'holocauste (Aaargh). Au mois de mai dernier, le MRAP s'émeut, auprès du ministre de la recherche, du "grave détournement que constitue l'utilisation du matériel et de l'image de marque du CNRS à des fins négationnistes".
La direction du CNRS prend alors l'affaire au sérieux. Jugeant que les limites de la liberté de la recherche ont été franchies, elle met en place une commission d'enquête interne, présidée par l'historien François
Bédarida, dont les conclusions n'ont pas été rendues publiques. Le 4 juillet, la commission technique paritaire du CNRS, formée de représentants de l'administration et du personnel, se prononce à l'unanimité en faveur de la révocation du chercheur. Il ne restait plus à la direction du CNRS qu'à entériner ce vote.
Pierre Le Hir
Le Monde, 27 octobre 2000, page 38

UN TRACT QUE LA CGT NE VEUT PAS DIFFUSER
Nous nous sommes procurés, avec la plus grande difficulté, un tract qu'un syndicaliste diffusait le 4 juillet 2000, au moment où se réunissait la commission disciplinaire du CNRS qui allait demander la révocation de Serge Thion, le tract suivant. On le trouve dans les documents de la CGT avec la mention: "(Pour archives; A NE PAS DIFFUSER)"

SNRTS-CGT SNTRS-CGT SNTRS-CGT

Commission Administrative Paritaire des Chargés de Recherche

NON AU DÉVOIEMENT DU STATUT DES CHERCHEURS


Le 4 juillet 2000 deux dossiers très différents sont examinés par la Commission Administrative Paritaire (CAP) des chargés de Recherches du CNRS: un refus de titularisation et l'activité d'un chercheur connu comme négationniste. La direction du CNRS projette de licencier les deux chercheurs. Dans les deux cas, qui n'ont aucun rapport, la direction du CNRS bafoue ou dévoie le statut des Chercheurs.
D'abord, le SNTRS-CGT dénonce le refus de la direction du CNRS de titulariser la chargée de recherches de 2ème classe concernée, malgré l'avis positif de la CAP en 1999. La Commission Scientifique de la section 23 avait reconnu positivement l'activité scientifique du chercheur. La Commission Scientifique avait refusé la titularisation sur la base d'un avis de son encadrement avec lequel elle était entrée en conflit. Les notables du milieu n'avaient sans doute pas apprécié qu'un jeune chercheur montre une indépendance intellectuelle qui le conduit à remettre en cause des projets importants. Contester la non pathogénivité pour les mammifères d'une bactérie qu'on veut utiliser dans la lutte contre les insectes bouscule sans doute beaucoup d'intérêts scientifiques, voire économiques. La répression n'est pas acceptable et ne peut être admise pour régler un débat scientifique. Un stagiaire dont l'activité professionnelle est reconnue doit être titularisé. Il pourra ensuite intégrer une autre équipe. Dans le cas présent, la titularisation a été différée en attendant que le chercheur trouve un nouveau labo. C'est une démarche plutôt hypocrite puisque, dans le contexte actuel, la plupart des "patrons" de labos ne voudront pas prendre le risque d'accueillir un stagiaire "à problèmes" qui peut être licencié à court terme. En 2000, la Commission 23 a refusé une nouvelle fois la titularisation et la CAP est à nouveau convoquée. Ce stagiaire doit être titularisé.

En ce qui concerne le cas du chercheur connu comme négationniste, nous pensons que la direction du CNRS n'a pas une attitude "saine" à l'égard de la CAP. En premier lieu, le SNTRS-CGT considère que le négationnisme doit être combattu activement mais clairement. Il n'est donc pas admissible que deux semaines avant la tenue de la CAP, aucun élément incriminant l'activité de ce chercheur ne figurait dans son dossier. Aujourd'hui, il y a bien un rapport mais les reproches d'ordre professionnel sont faibles et pourrait [sic] donner lieu à de dangereux précédents pour la défense des chercheurs: nombre de publications 1999-2000, utilisation de son adresse e-mail professionnelle pour d'autres activités, faire figurer sa qualité de chercheur dans les listes de participants à des réunions négationnistes. En fait, il nous semble que c'est un piège pour les syndicats qui ont des représentants à la CAP. Sur ces bases, un vote de révocation par la CAP risque d'être annulé par le Tribunal Administratif et permettrait de faire passer le négationniste pour un martyr. La direction du CNRS veut faire jouer à la CAP un rôle qui n'est pas le sien. L'activité extraprofessionnelle négationniste de ce chercheur relève de la Justice. Si la direction du CNRS est vraiment décidée à lutter contre le négationnisme, c'est sur le terrain judiciaire qu'elle doit intervenir contre ce chercheur.
Villejuif le 3 juillet 2000.


Remarque: La rédaction de ce tract a été décidée par le Bureau National du syndicat le 3 juillet. Il a été distribué au siège du CNRS le 4 juillet, jour de la tenue de la commission de discipline (CAP) par M. Pierre, Secrétaire Général Adjoint du syndicat. Il a été désavoué le 10 sur demande de la Confédération. Depuis, ça ébullitionne dans les chaumières de la CGT.

HOMO MAGHREBINICUS

Voici quelques réactions édifiantes à la diffusion sur une liste intitulée "droits de l'homme" de l'avis de révocation de S. Thion:

Exp.: Zoubir SAMI, INTERNET:Zoubir.Sami@liafa.jussieu.fr
CC: liste@maghreb-ddh.sgdg.org [Droits de l'homme au Maghreb]
Date:18/10/00 23:15
RE: Re: Intifada au CNRS - ATTENTION dérapage !

Cher(e)s ami(e)s,
Un texte de l'antisémite Serge Thion a été diffusé sur notre
liste.
Ce sinistre individu est, pour ceux qui ne le connaissent pas, un négationniste notoire (aussi bien du génocide commis par Pol Pot que des crimes nazis d'ailleurs), co-fondateur de la librairie révisionniste La Vieille Taupe.
Il est également connu pour ses relations avec les milieux néo-nazis et d'extrême droite (il collabore avec le fasciste marocain Ahmed Rami par exemple).
Les textes de cet individu ne sont pas les bienvenus sur notre liste. Le peuple palestinien n'a que faire de son pseudo-soutien et nous de ses inepties aux relents nauséabonds.
"Les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis", ils doivent même, en l'occurrence, être combattus avec la plus grande vigueur ! Aucun autre dérapage de ce type ne sera accepté sur la liste. A bon entendeur... Cordialement.
Zoubir SAMI Gestionnaire de la liste


D'autres messages de la même eau allaient suivre. Comme celui de ce bizarre "Mespoulet":


INTERNET:vincent.mespoulet@worldonline.fr
A: [inconnu], INTERNET:liste@maghreb-ddh.sgdg.org
Date: 24/10/00 00:02
RE: [maghreb-ddh] Intifada au CNRS

Bonjour à tous,
Je suis très heureux d'avoir lu les fermes points de vue de Zoubir Sami et de Larbi Maaninou sur un sujet qui me tient à coeur, la diffusion du négationisme auprès des intellectuels du monde arabo-musulman, via Garaudy et Thion, au nom d'un anticolonialisme dévoyé où l'antisionisme s'est transformé en antisémitisme. Je ne suis ni juif, ni musulman, ni chrétien. Je ne suis ni Palestinien, ni Israélien, ni maghrébin. Je soutien le peuple palestinien dans sa juste cause, mais je refuse d'utiliser les armes de l'intolérance, du racisme et du négationnisme, cette falsification de l'histoire. Je voudrais dire à Mondher Sfar qu'il fait vraiment fausse route: Serge Thion est effectivement la honte de la recherche publique française et le présenter comme une victime est incongru. Ahmed Rami est effectivement un fasciste, à qui je ne vois pas au nom de quoi on pourrait justifier sa haine antijuive.
Je suis ouvert d'esprit, je peux même avoir du respect avec des intellectuels iraniens islamistes qui ont lu en détail la philosophie politique européenne depuis l'époque des Lumières. Mais on ne peut absolument rien tirer des négationnistes. Comme le dit le grand historien Pierre Vidal-Naquet, on ne discute pas AVEC les négationniste mais SUR les négationnsites, car le racisme est par essence irrationnel, inaccessible à la raison et à la démarche scientifique. Zoubir a bien fait de rappeler les propos d'Edward Saïd.
Je mentionnerai pour ma part deux autres références:
1. l'article de Gilles Karmasyn sur le négationnisme et l'internet, dans la revue d'Histoire de la Shoah (octobre 2000). J'ai bien un exemplaire électronique de cet article, mais Gilles m'a fait promettre de ne pas le diffuser en ligne. Vous y lirez comment ces salopards (Faurisson, Thion, Renouard...) nient être les responsables de la diffusion de leurs écrits négationnistes tombant sous le coup de la loi française: Gilles, au fil d'un enquête informatique serrée, a prouvé le contraire, ce qui n'est pas sans rapport avec la déchéance de Thion de son poste au Cnrs, qu'il annonce d'ailleurs dans le torchon diffusé par Mondher Sfar.
2. Un message que j'ai écrit après avoir vu en avant-première le documentaire réalisé par Jacques Tarnero "Autopsie d'un mensonge", que je n'ai pas apprécié, sauf justement quand Saïd prend la parole.
http://ecjs.citeweb.net/supports/autopsie.htm


On se demande bien pourquoi la liste "droits de l'Homme au Maghreb" est entre les mains de tels parangons de vertu, sionistes jusqu'aux ongles. Karmasyn, c'est du sionard à 100%. Ce qui les intéresse, ce sont les droits des juifs au Maghreb. Et ces droits sont infinis, comme ils le manifestent chaque jour.
Ce Poulet est un prof d'hist et géo, "formateur d'IUFM"; Sûr, il fait dans le formatage des crânes. C'est le type même de l'instite ignare monté sur ses ergots. Il vient d'avoir une "discussion" avec un alter ego qui nous égaye depuis longtemps, un lanzmannoïde dissocié, Robert Raie-d'équerre: on en apprend de belles sur le film de Tarnéro qui cherche, paraît-il, à s'expliquer le succès du révisionnisme et trouve finalement que c'est à cause de Mai 68 et de la permissivité. Rigolons un brin. Il a mis en scène notre ami Gaby Cohn-Bendit qui se contrit encore une fois sur l'énorme erreur patati, patala... Et un hurluberlu qui essaie de raconter qui était Rassinier, mais pour Mespoulet c'est très confus. Ce salmigondis a l'air d'être encore une joyeuse galéjade. Il paraît même qu'il montre Lanzmann se prononçant doctement sur Internet. Mieux que les peintures d'Ali Boron... Voici la "contribution" de cet inénarrable:


A propos du documentaire "Autopsie d'un mensonge"

Robert Redeker écrivait sur la liste ECJS:
-------------------
Je te trouve, Vincent, bien sévère sur le très bon film de Tarnéro. Pourrais-tu t'expliquer?
------------------
Certainement. A ce sujet, je serais d'ailleurs très curieux de connaître ta position sur ce documentaire que tu sembles avoir vu toi aussi. Si nos propos se révélaient contradictoires, il serait très intéressant de publier nos avis divergents sur le site de la liste ECJS, si tu en es d'accord. et si tu es prêt à dépasser la louange pure et simple.
D'abord, le contexte. J'ai assisté à une projection privée du documentaire de Jacques Tarnéro en juillet dernier, au milieu d'une assistance de profs de philo, lettres, histoire-géo essentiellement. Tarnéro était lui-même parmi nous, ainsi que Valérie Igounet qui avait été invitée par Georges Benssoussan. Pour les nouveaux venus sur la liste, sachez que nous avons déjà eu l'occasion de dire tout le bien que nous pensions du livre de Valérie Igounet, jeune historienne dont la thèse Histoire du négationnismeen France, a été publiée au début de l'année chez Seuil. Un débat a suivi entre l'assistance et le réalisateur.
Voici les points du documentaire sur lesquels reposent mes réserves.
1. Aucune évocation de la loi Gayssot
J'ai déjà eu l'occasion de le dire dans un précédent message, aussi je ne vais pas m'étendre, c'est la grande faiblesse du documentaire de n'évoquer ni mettre en débat la loi Gayssot. C'est peut-être la chose la plus étonnante sur un tel sujet. Quand j'ai posé la question à Jacques Tarnéro, il a répondu que c'était pour une question de format, et que ce qu'il avait filmé sur la loi Gayssot (sans préciser quoi) avait sauté au montage. Or, il faut savoir que le réalisateur disposait d'une marge de manoeuvre confortable, d'environ 90 minutes, ce qui amoindrit très fortement l'explication qu'il a donnée. On constate aussi qu'il s'attarde longuement sur des aspects du sujet qui ne sont pas essentiels (voir plus bas dans ce message). Plus prosaïquement; je pense tout simplement que la mise en question de la loi Gayssot a sauté parce qu'elle ne cadrait pas avec le propos du réalisateur...
2. Un découpage partiel, partial et univoque
Le documentaire donne l'impression que son auteur ne maîtrise pas le sujet, ou plutôt qu'il a été débordé par sa complexité. Du coup; je mets sérieusement en doute la capacité d'un spectateur non averti, au vu de ce film, à se faire une idée claire des enjeux posés par l'épanouissement du négationnisme. J'ai bien senti aux réactions de l'assistance que Tarnéro avait raté son but. Pourquoi? Parce qu'à mon avis il est parti d'un présupposé un peu court: ce qui l'intéresse en effet, c'est la séduction exercée par le négationnisme sur l'ultra-gauche, à laquelle il consacre la plus grosse partie de son documentaire. Son credo: tout est de la faute de... Mai 68 et de la permissivité afférente: "on peut tout dire, tout contester, même la shoah". On comprend mieux alors pourquoi il était important pour lui de s'entretenir avec Gabriel Cohn-Bendit, posé dans le film en icône de la ringardise maoïste. Or, au risque de me répéter, Gaby a TOUT DE SUITE reconnu honnêtement et publiquement qu'il avait commis une lourde erreur, ce qu'il répète tout contrit dans le docu, d'ailleurs. Pourquoi Tarnéro n'a pas plutôt interviewé un gars de la Vieille Taupe, comme Guillaume, qui eux ne se sont jamais rétractés? Ce qui intéressait Tarnéro en fait, c'est que Gaby est le frère de Dany, et, qu'il lui fallait un nom-symbole qui frapperait l'esprit des spectateurs pour appuyer sa démonstration. C'est un syndrome classique qui touche les gens de gauche de la génération de Tarnéro, il convient de brûler ce que l'on a adoré, d'interpréter le vide idéologique actuel à la lumière des errements d'une partie de la gauche 68.
Comme l'idée est courte, Tarnéro tourne autour pendant toute la durée de son film. En amont de 68, on voit bien, mais de façon très marginale un sympathique anarchiste essayer d'expliquer qui était Rassinier, mais quelqu'un qui ne connaît pas n'y comprendra rien, et rien ne vient rebondir sur ses propos, renforçant l'impression générale de confusion qui se dégage de ce documentaire.
Par contre, à aucun moment, et j'y reviendrai plus bas, n'est ouverte une piste plus prometteuse que l'idée fumeuse de permissivité de l'esprit 68: il faut envisager l'attirance du négationnisme sur l'ultra-gauche non par l'angle d'un gauchisme dévoyé, mais plutôt d'un certain anticolonialisme transmuté en antisionisme, puis en antisémitisme qu'un Thion représente bien, et qui est autrement plus dangereux que le dérapage d'un Gaby.
3. Les abus de sensationnalisme
Dans ce documentaire, Jacques Tarnéro a une seconde cible de choix évidente: l'internet, outil moderne de circulation des thèses négationnistes. C'est la suite logique de son idée de départ de permissivité, puisque l'internet, avec ses deux versants, libéral et libertaire, constitue la menace immédiate. Aussi, Tarnéro filme longuement (et là visiblement, vu les longueurs, il ne connaît pas de problèmes de format...) des écrans d'ordinateurs où défilent, pour faire frémir le chaland, croix gammées et sigles néo-nazis. Bien sûr ça fait mouche sur l'assistance. J'ai entendu des "oh!" et des "ah!"d'effarouchement: la diabolisation fonctionne parfaitement. Pour renforcer l'effet, Lanzmann (tiens, tiens, est-ce là la raison des louanges de Robert sur ce film?) est convoqué et donne son avis. Ce grand spécialiste de l'internet démontre en deux-trois coups de cuillère à pot que l'internet est "les égoûts du monde". Mais il y a beaucoup plus grave. J'en arrive à une des scènes qui m'a le plus choqué et qui montre à mon avis l'irresponsabilité de l'auteur et de ses suiveurs. Parmi les écrans informatiques dévoilés à la curiosité malsaine du public, Tarnéro filme en gros plan la page d'entrée du site négationniste Radio-Islam, celle où apparait le titre du site, SANS AUCUNE EXPLICATION NI COMMENTAIRES EN VOIX-OFF (on ne peut rien voir d'autre que le titre). Le spectateur ne saura pas qui est Ahmed Rahbi. [Mespoulet non plus, apparemment] Il se dira peut-être, étant donné le caractère générique du titre du site, qu'il s'agit d'un organe officiel de la communauté musulmane. Rien ne vient démentir cette très possible erreur d'appréciation. On imagine les dégâts causés sur des spectateurs non avertis... De quoi alimenter à moindre frais un racisme anti-arabe. A la fin du débat, je suis allé voir Tarnéro pour lui faire part de mes sentiments sur cette énorme maladresse (mais en était-ce une?): il m'a envoyé paître.
4. La confusion entre sionisme et israélisme.
Tarnéro présente le sionisme comme un "processus colonial". Là aussi, on ne peut être que stupéfait d'un tel anachronisme ou du moins d'un tel manque de rigueur d'analyse. Evidemment, comme tout phénomène historique, les choses n'ont rien à gagner à être simplifiées: la réalité est autrement plus complexe... C'est faire fi des racines du mouvement sioniste au XIXème qui était alors un nationalisme à un moment d'ailleurs où naissait dans des conditions parallèles finalement un autre nationalisme: le panarabisme. Interpréter le sionisme à l'aune des désastres de la Seconde Guerre Mondiale et des conditions de la création de l'Etat d'Israël avec l'expulsion massive des Palestiniens est encore une grave maladresse. On ne peut s'intéresser aux idées politiques sans en connaître à fond la substance première. Si ce travail n'est pas fait, autant assimiler le stalinisme au marxisme dans ces conditions! Le seul moment à sauver de ce documentaire, c'est justement lorsque le Palestinien Edward Saïd s'exprime sur ce sujet. Voilà un intellectuel courageux, mais très isolé, qui a bien pris la mesure du danger de l'impact de Garaudy sur une partie des élites arabes, auxquelles Saïd enjoint de reconnaître le caractère irréfutable de la destruction des juifs d'Europe.
Vincent Mespoulet


Avec des idiots pareils, on est bien lotis.

LE PRIX DE L'APPEL EST EN HAUSSE

 

J.-L. Berger a été condamné a à nouveau en appel. La spécialiste de la pédagogie de Libération (nous ne vous dirons pas d'où lui viennent ses compétences...) nous explique gravement pourquoi.

Le négationniste ne nie pas ses propos

Le professeur de lettres a été condamné, en appel, à un an avec sursis

Par Nicole Gauthier

Le professeur tente une explication: il aurait voulu encourager «l'esprit critique» de ses élèves et ceux-ci ne l'auraient «pas compris».

Strasbourg de notre correspondante:
Jean-Louis Berger, 53 ans, professeur certifié de lettres classiques au collège de Lemberg (Moselle), a été condamné hier par la cour d'appel de Metz à un an de prison avec sursis pour avoir tenu, en avril 1999, des propos négationnistes devant 39 élèves de troisième. L'enseignant avait été condamné le 15 mai dernier à dix mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Sarreguemines (Libération du 21 mars et du 16 mai 2000). Il avait fait appel. Hier, les magistrats messins ont alourdi la peine, conformément aux réquisitions du ministère public.
C'est l'une des toutes premières fois qu'en France un enseignant est condamné en vertu de la «loi Gayssot», qui réprime les propos racistes, antisémites ou négationnistes. Jean-Louis Berger, candidat du Front national lors des élections législatives de 1997, risque la radiation définitive de l'Education nationale. Suspendu de toute fonction d'enseignement depuis le 31 mai 1999, il a continué néanmoins à percevoir son salaire dans l'attente de la décision de la justice.
L'affaire commence le 30 mars 1999. Les collégiens de Lemberg assistent à la représentation d'une pièce de théâtre, Mon ami Frédéric, tirée d'un roman de Richter: dans l'Allemagne de l'entre-deux-guerres, un enfant juif est persécuté à cause de ses origines. Quelques jours plus tard, leur professeur de français entreprend de «rectifier» le contenu de la pièce. Il assure, entre autres choses, que «les chambres à gaz servaient à ôter les poux sur les vêtements», que «tous les morts [de la guerre] n'étaient pas des juifs», et que «les professeurs d'histoire étaient dans l'erreur». Alertés par leurs enfants, des parents protestent auprès de l'administration du collège, qui, après enquête, alerte les autorités académiques. Deux mois plus tard, Jean-Louis Berger est suspendu.
En mars dernier, devant le tribunal correctionnel de Sarreguemines, le professeur de français tente une explication: il aurait voulu encourager «l'esprit critique» de ses jeunes élèves dans le droit fil d'un cours sur «l'argumentation», et ceux-ci ne l'auraient «pas compris». Mais Jean-Louis Berger ne dément rien. A la barre, il égrène la rituelle rhétorique négationniste: «Il n'y a pas eu 5 millions de morts à Auschwitz, il y avait des chambres à gaz qui servaient à la désinfection», et rappelle que le camp de Nordhausen a été «bombardé par les Américains». Au soir de sa condamnation en première instance, le certifié de lettres classiques persiste et signe, dans un communiqué: «Je n'ai fait qu'énoncer des vérités officiellement reconnues.»
La cour d'appel de Metz a ordonné la publication de la condamnation dans deux journaux régionaux et deux nationaux. Jean-Louis Berger devra verser une amende de 40 000 francs (contre 10 000 en première instance). Enfin, trois des sept parties civiles (la Licra et les représentants des déportés) vont recevoir chacune 20 000 francs de dommages et intérêts.

Libération, 4 octobre 2000


DANS D'AUTRES COURS

Pierre Guillaume passait en jugement pour la troisième fois pour un même texte, le tract sur Brigitte Bardot. Voici le compte rendu de l'AFP:

PARIS - Le Tribunal correctionnel de Paris a condamné mercredi le dirigeant du site internet "Radio Islam", Ahmed Rami, 54 ans, à la "peine exemplaire" de 300.000 francs d'amende pour la diffusion d'un tract à caractère antisémite.
Cette condamnation est en effet très inhabituelle en matière de presse ou de provocation raciale, le tribunal prononçant régulièrement des peines d'amende qui dépassent rarement 50.000 francs.
Radio Islam diffuse depuis plusieurs années, selon le jugement, un tract de plusieurs pages intitulé "Une guerre totale", qui est "une longue accusation portée contre les juifs qui sont présentés comme déicides, haïssant les musulmans et prêts à tout pour les détruire", explique le jugement. Selon le jugement cette accusation est "destinée à provoquer la peur et la haine des juifs et constitue un appel aux musulmans pour qu'ils les combattent et les tuent".
Le MRAP, la LICRA et l'Union des étudiants juifs de France, qui s'étaient constitués partie civile, ont obtenu un franc chacun. Ces plaignants poursuivaient également Pierre Guillaume, l'éditeur du révisionniste Robert Faurisson, pour avoir participé à Paris à la diffusion, sous forme de tract, d'une partie de ce texte au début de l'année 1997. Mais M. Guillaume a été mis hors de cause puisque le tribunal, présidé par M. Jean-Yves Monfort, a constaté que l'affaire était prescrite à son égard.
M. Guillaume était poursuivi parce que son tract était un texte de soutien à Brigitte Bardot alors qu'elle était poursuivie pour avoir critiqué dans la presse l'immigration des musulmans en France. Mme Bardot a été condamnée pour cela à trois reprises, les 9 juin 1997, 28 octobre 1998 et 15 juin 2000.
M. Rami, né au Maroc mais domicilié en Suède, n'avait pas comparu devant le juge d'instruction ni à l'audience du 20 septembre, et il était jugé par défaut.
La 17e chambre du Tribunal observe que son texte déclarant la "guerre totale au sionisme international et à ses agents", était également diffamatoire envers la communauté juive, "accusée d'asservir les musulmans dans des conditions identiques à celles de l'Holocauste".
AFP 18/10/2000 15h03

Un jugement par défaut est automatiquement maximal. Si le prévenu se présente devant les juges, on refera le procès. On croit savoir d'autre part que Rami, s'il est le porte parole du site "Radio-Islam" n'en est pas le "dirigeant" ou le "propriétaire" qui est un Américain vivant en Amérique. On notera la remarque très inquiétante de la fin: c'est diffamer la "communauté juive" que de condamner les exactions israéliennes contre elles... Le 29 octobre 2000, lors d'une émission de variétés, un psychanalyste d'opérette (mais si, certains sont sérieux; par exemple ceux qui pensent, comme Freud, que la mémoire est une poubelle et que le psychanalyste doit aider les malades à se libérer de sa dictature) protestait contre la venue en France de Putin, parce que la Russie menait, d'après lui, une guerre attentatoire aux droits de l'homme en Tchétchénie et empêchait les associations charitables d'y travailler librement. Oui, vous avez bien entendu, il parlait de la Tchétchénie, une région de la Russie où s'affrontent deux armées et où les associations charitables ont le droit de travailler... Les progrès du discours sioniste sont sans doute à mettre en rapport avec la chute vertigineuse de "l'industrie de lolocoste" dans l'opinion publique.


Dépêches

Justice: le directeur du magazine L'Histoire, Stéphane Khemis, a été condamné, jeudi 12 octobre, par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir publié sous forme réduite un texte envoyé par Robert Faurisson en réponse à un article paru en décembre 1999 intitulé "Le cas Faurisson, itinéraire d'un négationniste". La 17e chambre a estimé qu'un directeur de publication qui reçoit notification d'un droit de réponse n'a "aucun pouvoir pour apprécier son opportunité ou son utilité, l'auteur de la réponse restant maître de son texte qui est indivisible". En conséquence, M. Khemis a été condamné à publier le texte en cause, à payer 15.000 francs d'amende et à verser 10.000 francs de dommages et intérêts à M. Faurisson.
Le Monde, 14 octobre 2000, p. 16.

Nous avions évoqué cette affaire: la lettre tronquée est reproduite dans les Actualités de mars 2000. Les directeurs de journaux avaient fini par croire qu'ils pouvaient tronquer ou mettre à la corbeille les droits de réponse des révisionnistes. Une jurisprudence en voie de solidification leur faisait croire que leurs manquement à l'obligation de publier ces droits de réponse s'exemptaient par un simple appel à la "bonne foi". Or, soudainement, un tribunal décide d'appliquer la loi. A une magazine lu par les étudiants en histoire. La chose est plaisante. Décidément, cette Igounette coûte cher à ceux qui l'éditent. On attend avec curiosité de voir ce que ces emplâtrés vont faire. (dernière minute: ils ont fait appel).

PRÉSENTEZ!!!! EXCUSES!!!

Des attaques virulentes sont dirigées contre un site révisionniste, australien celui-là. Il s'agit du site de l'Institut d'Adélaïde, dont le directeur, Frédéric Töben, a fait en 1998 dix mois de prison en Allemagne: il avait demandé à rencontrer les juges d'instruction allemands qui sévissent contre les révisionnistes et, à la fin de sa visite, avait été saisi et jeté en prison (cf notre dossier sur l'affaire). En Australie, il nÕy a pas de loi contre le révisionnisme ou les révisionnistes, en revanche les vigilants sont là, aussi puissants qu'ailleurs. La "commission des droits de l'homme et de l'égalité des chances" [sic], payée par le gouvernement australien, a exigé la fermeture du site; comme elle est dépourvue de pouvoirs de sanction, si Töben n'obéit pas, il sera poursuivi et emprisonné (disent les observateurs australiens) pour "mépris de la commission" (délit équivalent approximativement à l'insulte à magistrat). Voici un récit circonstancié par le correspondant d'une agence de presse américaine en Australie.

 
Regional Web Site Must Stop Holocaust Denial

by Mike Corder Associated Press Writer SYDNEY, Australia (AP)

-- A government-funded commission ordered a Web site in Australia on Tuesday to stop publishing material questioning whether the Holocaust occurred. A prominent Jewish group welcomed the decision, but the site's owner said he would defy it.
The Human Rights and Equal Opportunities Commission outlawed the material and ordered Frederick Toben to remove it from the Web site of a private group called the Adelaide Institute. Toben is the institute's director.
The ruling marked the first time the commission ordered material removed from the Net.
Although the commission has no enforcement powers, if Toben refuses to comply he could be prosecuted and jailed for contempt.
In its ruling, the commission branded as ''bullying, insulting and offensive'' claims on the Web site that the Holocaust amounted to nothing more than allegations and assertions by Jews. Millions of Jews died in Nazi death camps during World War II.
The Adelaide Institute claims to examine ''the truth about historical events, especially those connected with World War II and the Holocaust.'' Its Web site questions if there ever were gas chambers at Auschwitz, one of the main Nazi camps.
Kathleen McEvoy, the head of the Human Rights and Equal Opportunities Commission, ordered the institute to remove the material on grounds that its main purpose was to humiliate and denigrate Jewish people. ''In public discourse there is a need to balance rights and responsibilities,'' she said. ''It is never appropriate to victimize people of a certain race in the name of freedom of speech.''
[Ce qui équivaut donc à une affirmation selon laquelle il existe une "race juive"... L'Australie est donc dans la continuité des lois de Nuremberg...]
Toben was also ordered to apologize to Australia's Jewish community.
In a telephone interview, he told The Associated Press that he would not remove the material from his Web site and was prepared to go to jail if found guilty of contempt of court.
''I find the procedure was immoral,'' he said.
Hundreds of extremist sites exist on the Internet today, ranging from neo-Nazi alliances, the Ku Klux Klan, groups that hate gays and lesbians, conspiracy theorists and Holocaust denial sites.
The online posting of Holocaust denials and other material considered to incite racial and ethnic hatred is illegal in a number of countries, including Germany and France. But because the Internet is global and borderless, such laws are easily circumvented.

AP International - 10 November 2000
http://www.newsday.com/ap/international/ap819.htm


QUOI LÀ?

Cyberhate: Bigotry and Prejudice on the Internet

A Conference sponsored by the ANU's Freilich Foundation
and the Australia/Israel & Jewish Affairs Council (AIJAC)



Sydney, Sunday November 5 and Monday November 6, 2000

Has the Internet granted the purveyors of bigotry a new, efficient and unregulated conduit for their ideas?
Has the change in technology engendered a change in politics or is the Internet being used as simply the latest tool of established hate groups?
How should sites devoted to disseminating hate be regulated?
Is regulation the greater evil?
How can bigotry on the Internet be countered?

Keynote speakers include:
David Goldman - Hatewatch (<http://www.hatewatch.org/>)
Ken McVay - The Nizkor Holocaust Education Project (<http://www.nizkor.org/>)
Michael Whine - author of The Far Right on the Internet, The Governance of Cyberspace: Racism on the Internet and Cyberspace : A New Medium for Communication, Command and Control by Extremists

See this link for registration details: <http://www.anu.edu.au/hrc/freilich/activities/conferences_2000/cyberhate_regform.html>www.anu.edu.au/hrc/freilich/activities/conferences_2000/cyberhate_regform.html>


TRAQUER LES FANTOMES BALTES

Nous avions évoqué le cas de Kalejs en janvier dernier. Nous vous avions notamment donné un article du Guardian [en français et en anglais] qui s'élevait contre le principe du jugement d'un homme cinquante ans après. Las! Une fois de plus le fanatisme l'emporte sur le droit et les pays désoviétisés se signalent par un mépris absolu des droits de la défense. On voit que pour arriver à leurs fins, les "chasseurs de [vieillards] nazis" (un joli métier) n'ont pas honte de faire changer les lois et d'en fabriquer de nouvelles ad hoc, rétroactive et quasiment inhumaines. Ces gens là n'y gagneront que le mépris universel. En attendant, ils préparent la demande d'extradition de K. Kalejs, citoyen australien.


Judge Orders Nazi Trial To Continue


By Liudas Dapkus, Associated Press Writer
Friday, Oct. 13, 2000
VILNIUS, Lithuania -- A judge on Friday ordered that a 93-year-old man be tried in absentia on genocide charges, even though he suffers from Alzheimer's and other debilitating illnesses.
Kazys Gimzauskas is accused of sending scores of Jews to their deaths when he was an officer in the Vilnius security police during the 1941-44 German occupation of Lithuania in World War II.
"The court will try Gimzauskas in absentia and determine if he is guilty," court spokeswoman Lina Baltrukonyte said. The trial is set to begin Nov. 13.
Lithuania's in-absentia law, as revised last February, allows a lawyer to represent a mentally incapacitated war crimes suspect at trial. If convicted, Gimzauskas wouldn't have to serve any sentence.
The ruling comes a month after another alleged Nazi war criminal, Aleksandras Lileikis, who was Gimzauskas' boss in the security police, died of a heart attack in Vilnius before a court could pass judgment. He also was 93.
Gimzauskas has denied charges he took part in the Holocaust. He emigrated to the United States in 1956 and lived in St. Petersburg, Fla. He returned to Lithuania in 1994 after a U.S. court moved to strip him of his citizenship for lying about his wartime record. Lithuanian prosecutors charged him several years later.
His regular trial began in 1998, but was repeatedly delayed and then suspended on health grounds.
After regaining independence from Moscow in 1991, upon the collapse of the Soviet Union, Lithuania promised to pursue those who participated in the massacre of some 240,000 Lithuanian Jews during Nazi rule. So far, no one has been convicted.

http://www.washingtonpost.com/wp-srv/aponline/20001013/aponline170055_000.htm

Latvian court approves arrest of war crimes suspect

Reuters News Agency

A Latvian court said Monday it would allow prosecutors to order the arrest of an elderly Nazi-era war crimes and genocide suspect who at one time lived in Canada and now resides in Australia.
Prosecutors said this meant they could now move to secure the extradition of 87-year-old Konrads Kalejs in hopes of having him sent back to stand trial in his native Latvia. Mr. Kalejs holds Australian citizenship and lives in Melbourne.
He has twice returned to Australia after being deported from the United States in 1994 and Canada in 1997 because of his suspected war crimes.
"Our next step will be to translate the court's decision (into English), to prepare all of the necessary documents and to send them to the Australian side," a spokeswoman for the prosecutor general's office told Reuters.
"In this way the extradition procedure will be started." (...)
Prosecutors announced Sept. 28 that they had filed charges against
Latvian-born Mr. Kalejs stemming from his time as an alleged commander of a concentration camp guard during the Nazi occupation of Latvia in the Second World War.
Mr. Kalejs has previously denied Nazi hunters' charges that he aided the wartime slaughter of Jews. Mr. Kalejs's lawyers have seven days to appeal the decision.
Latvia has no extradition treaty with Australia, but parliament is
expected to approve one
by the year's end.
If extradited, Mr. Kalejs would be the first Latvian Nazi-era war crimes suspect to be brought to trial since the country regained its independence from the Soviet Union in 1991.
An amendment to Australian laws last year means foreign governments requesting extradition of war crimes suspects no longer need to establish a clear case of guilt to support their case, just produce sufficient evidence to warrant a trial.
Australian officials have also said that although the extradition treaty needed ratifying, a separate measure taken several months ago meant Latvia could apply for extradition without the final stamps of approval on the treaty.
Mr. Kalejs can appeal against extradition.
During the World War II occupation, 95 per cent of Latvia's 70,000-strong Jewish population died.
Mr. Kalejs has admitted that he was a member of the Nazi-backed Arajs hit squad which was responsible for 30,000 murders in the Baltic country but denied all war crimes, saying he was at university when the killings took place in 1941.

Toronto Globe and Mail, 24 October 2000.

CINCINNATI

Le programme des réjouissances organisées à Cincinnati par David Irving:

Friday, September 22, 2000
8 p.m. Before dinner David Irving talks on The Entebbe Raid: Idi Amin's Court of Inquiry, the Transcripts.
After dinner David Irving talks on "Scratchings-out". Documents which he has discovered to have been tampered with, and the historic significance of these excisions: Rommel, Pearl Harbor, and British assassination plots.
Saturday, September 23
10 a.m. Don Heddesheimer lectures on The First Holocaust Fund-raising Drives -- those between the two World Wars. Selected campaigns by major Jewish advocacy groups during the first part of the twentieth century. The propaganda techniques and lobbying activities used then are a small piece of the revisionist puzzle.
12 p.m. Kimberley Cornish lectures on "The Man Who Was Esther." Cornish (author, "The Jew of Linz") has flown in specially from Australia to deliver an hour-long talk on Adolf Hitler and the brilliant Jewish philosopher Wittgenstein, and explain why his thesis endangers the unity between secular and religious Jews over the causes of the Holocaust. The speaker promises "nothing controversial, except Wittgenstein's involvement in the passing of the British intelligence crown jewels to Stalin and consequent collapse of the British Empire."
2 p.m. Alan Heath a new (and neutral) speaker, Mr Heath is a British publisher who has lived in Poland permanently since 1992 and has visited all the Nazi sites there regularly. He speaks Polish fluently. He has actively sought out older local people who were witnesses to what went on there during WW2, and conducted many interviews. We anticipate a lively discussion. He has visited the largest former ghettos: Warsaw -- he actually lived on the site -- Lodz, Krakow, Bialystok, and Lublin. "It is difficult to be impartial", says Heath, "but I have constantly sought the truth and have no particular axe to grind." A dangerous man, in other words.
3:30 p.m. Mark Antonacci's book, The Resurrection of the Shroud, will be released this summer, and the conference will be occurring during a rare two-month public exhibit of the Shroud from August 12 - October 22; so his talk has a timely topic and will contain the latest scientific evidence and testing on the cloth's authenticity. FILM: The British Channel Four television film, 'Holocaust on Trial', which is currently scheduled to be aired in the United States on October 21 on PBS. Using well-known British television actors, the film portrays actual scenes from the dramatic High Court action brought by David Irving against American scholar Deborah Lipstadt.
After this showing, David Irving gives a confidential briefing and answers questions on this historic lawsuit which he is fighting single-handedly through the British law courts against the global enemies of Real History
p.m. dinner. After this John Sack ("Eye for an Eye") delivers by popular request a witty keynote speech about sciosophy, the science of documented poppycock. "Everyone," he says, "can decide for himself whether the Exterminationists or the Revisionists are guilty of what Giordano Bruno described as 'the most delightful science there is' - the science of ignorance." He offers examples from the Republic of the Congo, Through the Looking Glass, UFOs, Angels in America, President Eisenhower, and especially Shakespeare, runs thirty minutes. 10 p.m. LATE NIGHT FILM: Mr Death, the film made by award-winning American documentary film-maker Errol Morris about the life and living-death of execution consultant Fred Leuchter, his revisionist discoveries and the reasons for his misery.
Sunday, September 24, 2000
10 a.m. Lawyer Don Bustion investigates the theme of Winston Churchill vs. the Red Cross in a talk entitled "Starving Britain's Allies."
11:15 - 12 p.m. Brian Renk will demolish the evidence given by the "world's leading Auschwitz expert," the Canadian pseudo-architect Professor Robert van Pelt.
12 - 1 p.m. Jordan Hoffmann is to talk on Sir Nevile Henderson, Britain's sorely tested ambassador in pre-war Berlin
2 p.m. Germar Rudolf "Hunting Germar Rudolf." The chemicals-expert who became Germany's "Most Wanted" talks about the frightening experience of finding himself the target of an orchestrated European manhunt, and about some revisionist achievements he has made nonetheless. Rudolf has been forced into exile and harrowing personal difficulties because of his refusal to budge from his scientific beliefs as a former associate of the prestigious Max Planck institute in Germany. We are happy to provide the opportunity for him to state his case here.
3 p.m. (approx.) end of conference. Thanks from David Irving on behalf of Real History.


ANTIFASCISTE DE STYLE S.A.

 

Number 268, September 2000
CHICAGO ANTI-FASCISTS DISRUPT APPEARANCE BY DAVID IRVING

On Tuesday, September 19, [2000] the internationally despised Holocaust denier and historical revisionist David Irving was scheduled to speak at a secret meeting in Chicago regarding "Truth in History."
The topic of Irving's scheduled appearance is ironic, given that his reputation as a historian was thoroughly shredded by a judgement placed against him in a British high court earlier this year. In this case, where David Irving's beliefs and "evidence" were placed on trial, the judge found that"Irving has for his own ideological reasons persistently and deliberately misrepresented and manipulated historical evidence; that for the same reasons he has portrayed Hitler in an unwarrantedly favourable light, principally in relation to his attitude towards, and responsibility for, the treatment of the Jews."
For the past 15 years, David Irving has pushed doctored historical evidence exonerating the Nazis from the extermination of Jews during World War II. He has peddled his ideas to the extreme right, consistently making appearances and speeches on behalf of fascist and right-wing groups in a number of countries, including the US, Canada and Germany. According to the British courts:
"The content of his speeches and interviews often displays a distinctly pro-Nazi and anti-Jewish bias."
There is no question that David Irving is an apologist and proponent of fascism. A short time before David Irving was scheduled to speak in Chicago, the progressive right-wing monitoring group the Center for New Community (CNC) learned of the event and put out a call to anti-fascists around Chicago to respond and protest. Over 70 people turned out on only a day's notice, including a sizable contingent pulled together by Anti-Racist Action (ARA) as well as student activists from Depaul University. The activists gathered at DePaul University, only a few blocks away from Stefani's, the bourgeois restaurant hosting Irving's event. The anti-fascists then marched to the restaurant and staged a spirited protest out front. This rowdy protest was blocked from getting in the front door, but the highly visible and loud presence drew crowds of onlookers from the surrounding neighborhood, restaurants and workplaces.
At the same time, a group of masked anti-fascists stormed into the restaurant through the rear kitchen entrance. This militant action further disrupted Irving's presentation, as tables were knocked over, food was thrown and Irving's literature ripped and scattered. Irving himself was struck with a chair! The antifas withdrew from the restaurant before police arrived, and no arrests were taken.
The protest outside the restaurant continued for 45 minutes, before it left the area in the face of a growing police presence and escalated police threats. The entire night was undoubtedly a victory, as it showed that anti-fascists could organize on extremely short notice to disrupt a clandestine fascist affair and hand them a lesson they won't soon forget.
The anti-fascists themselves were a diverse bunch, including religious activists, Jewish students, Latino punks, white anarchists and class war skinheads.
The action was also successful because it incorporated space both for activists who merely wished to make a presence and expose the affair as well as militants who wished to take direct action and attempt to shut it down. Both played their part, and delivered a message that fascists will not be allowed to secretly spread their lies and organize without being directly confronted and opposed.

 



PLACE DE LA JUIVERIE

C'est là, sur l'ancienne Judenplatz, où il y a eu autrefois une synagogue emportée par une mystérieux "pogrom" (la radio dixit) qu'on inaugure, le 25 octobre 2000, un monument aux victimes de la Shoah, en plein centre de Vienne, capitale des Habsbourg et de l'Autriche, du beau Danube bleu, anschlussée puis divisée par les Alliés, avec des années de mainmise soviétique... Cette Autriche mise au ban, voilà qu'elle commémémore dans le sens qu'il faut. Nous on croyait que c'était un pays néo-naze, faf et tout, et voilà qu'ils lèchent les pieds des Hommes de Néowiesenthal... Et on n'était pas au courant...

CHINE TOQUE

A tous ceux qui s'inquiètent de l'espionnage généralisé qui a cours, avec Echelon et ses succédanés, cette nouvelle réconfortante: les Amerloques s'inquiétaient énormément de voir tous leurs petits secrets militaires sur leurs petits bijous de missiles (qui ne marchent pas tellement, il faut bien dire) fiche le camp chez les Chinois. Ils ont soupçonné des savants chinois ou sinoïdes de leur piquer leurs secrets. Alors qu'en réalité c'est Israël qui les pique dans les labos américains et qui les revend aux Chinois au prix fort. Les Américains ont disposé d'un traître chinois qui leur a livré 13.000 pages de documents militaires secrets en 1995. Mais pour se faire une idée de ce qu'il y avait dedans, il a fallu quatre ans, le temps qu'on traduise tout ce fatras.
Moralité: si vous voulez faire des coups pendables, enregistrez vos archives en chinois.


GAUCHE CAVIAR

Bercy a récemment abaissé la TVA à 5,5% sur les produits "oeufs et productions avicoles". Or, justement, comme le caviar est fait avec des oeufs, la TVA sur le caviar, si nécessaire à la capacité reproductive de nos élites socialistes, a considérablement diminué. Merci Fabius (Le Pli, 10 octobre 2000)


BOURRAGE DE MOU

Une université parisienne va se pencher du colonialisme, mais pas sur celui d'Israël, sur celui de Vichy...

Pour ses trente ans, l'Universite Paris-VII-Denis Diderot organise, sous les présidences d'honneur du recteur Michel Alliot , President de l'université Paris-VII à sa fondation, et du président de l'université Paris-VII-Denis Diderot Michel Delamar un colloque international sur le theme:
"Transmission des savoirs et responsabilites des Universites. Nazisme, Vichy , conflits coloniaux et ethniques"

les 27/28 octobre 2000, Amphi 24 - campus Jussieu - métro Jussieu

Ce colloque, qui traite de l'universite comme lieu d'élaboration et de diffusion des savoirs, se propose, à partir d'un certain nombre de cas qui ont marqué le XXeme siecle, de reflechir sur les responsabilites qui incombent a l'Universite dans cette mission.
Le colloque s'articule autour de quatre grands axes :
-- Sciences de gouvernement :
-- Presidente de seance Catherine Quiminal, [Catherine Quiminal est l'immortelle autrice d'un des très rares livres publiés en France à la plus grande gloire des Khmers rouges... Le Kampuchea, Anthropos, 1982]. commentatrice : Veronique de Rudder.
intervenants :Herve Le Bras, Sandrine Bertaux, Christian Grataloup, Jochen Hoock.

--- Guerres de memoires et Histoire :
- Presidente de seance et commentatrice : Rita Thalmann [historienne holocaustique bidon, spécialiste de la pire histoire officielle]
Intervenants : Valerie Igounet ["historienne" style Sciences-Po, spécialisée dans la diffamation], Marie-Claire Hoock-Demarle, Odile Krakovitch/Caroline Piketty.
- Presidente de seance : Catherine Coquery-Vidrovich [Historienne de la colonisation en Afrique, elle a accepté un dialogue avec Serge Thion qui s'est tenu à Paris VII. Les autres historiens de Paris VII qui l'avait réclamé se sont prudemment défilés] , commentateur : Daniel Hemery. Intervenants : Claude Liauzu, Florence Gauthier, Elise Marienstras, Carole Reynaud-Paligot.
(...)
Entree libre
Pour toute information, contacter :
Claude Liauzu / Gilles Pidart (GHSS) 01 44 27 78 26
M.C. Hoock-Demarle (EILA/ Vice-presidence LSH) 01 44 27 82 20 / e-mail : hodemar@ccr.jussieu.fr

 

++++++++++++++++++++


Tous les mois, la page actualité est archivée.

| Juin 1997 | Juillet 1997 | Août 1997 | Septembre 1997 | | Octobre 1997 | Novembre 1997 | Janvier 1998 | Février 1998 | Avril 1998 | Juin 1998 | Juillet 1998 | Septembre 1998 | Octobre 1998 | Novembre 1998 | Janvier 1999 | Février 1999 | Mars 1999 | Avril 1999 | Mai 1999 | Juin 1999 | Juillet 1999 | Août 1999 | Septembre 1999 | Octobre 1999 | Novembre 1999 | Décembre 1999 | Janvier 2000 I février 2000 I mars 2000 I avril 2000 I mai 2000 | Juin 1999 | Juillet 2000 | Août 2000 | Septembre 2000 | Octobre 2000 |


Ce texte a été affiché sur Internet à des fins purement éducatives, pour encourager la recherche, sur une base non-commerciale et pour une utilisation mesurée par le Secrétariat international de l'Association des Anciens Amateurs de Récits de Guerre et d'Holocauste (AAARGH). L'adresse électronique du Secrétariat est <aaarghinternational@hotmail.com>. L'adresse postale est: PO Box 81475, Chicago, IL 60681-0475, USA.

Afficher un texte sur le Web équivaut à mettre un document sur le rayonnage d'une bibliothèque publique. Cela nous coûte un peu d'argent et de travail. Nous pensons que c'est le lecteur volontaire qui en profite et nous le supposons capable de penser par lui-même. Un lecteur qui va chercher un document sur le Web le fait toujours à ses risques et périls. Quant à l'auteur, il n'y a pas lieu de supposer qu'il partage la responsabilité des autres textes consultables sur ce site. En raison des lois qui instituent une censure spécifique dans certains pays (Allemagne, France, Israël, Suisse, Canada, et d'autres), nous ne demandons pas l'agrément des auteurs qui y vivent car ils ne sont pas libres de consentir.

Nous nous plaçons sous la protection de l'article 19 de la Déclaration des Droits de l'homme, qui stipule:
ARTICLE 19 <Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit>
Déclaration internationale des droits de l'homme, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU à Paris, le 10 décembre 1948.


aaarghinternational@hotmail.com